RÉFUGIÉS Publié le 28 Septembre 2015 par Pascale Achard

Sur le sable abandonnés Lampedusa

blog post image

Cofondé par Annalisa d’Ancona, le collectif italien Askavusa a rassemblé des centaines d’objets ayant appartenu à des migrants naufragés. Certains sont exposés à Porto M, un ancien entrepôt qui sert aussi de lieu de rencontre.

Quand elle termine son travail dans la pizzeria familiale, Annalisa d’Ancona rejoint sa seconde maison, Porto M, qui domine le vieux port de Lampedusa, petite île au sud de l’Italie. Un lieu culturel, nouveau point d’ancrage de son collectif Askavusa, qui expose les effets personnels des migrants naufragés. Depuis plusieurs années, la militante recueille ces objets en hommage aux victimes de la Méditerranée et pour secouer les consciences. Les débarquements d’hommes, de femmes et d’enfants venus de loin, les odyssées mortelles au large de son île, plus proche de l’Afrique que de la terre mère italienne, elle les a vus, vécus et gravés à même la peau. Sur son bras droit un tatouage esquisse les débris des bateaux échoués qu’Annalisa ramasse et conserve avec les maigres possessions emportées par les victimes des naufrages sur leur barque de fortune.

... La suite dans Causette #60.

Publié le 28 Septembre 2015
Auteur : Pascale Achard | Photo : Elena Perlino
1650 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette