Femmes du monde Publié le 28 Septembre 2015 par Isabelle Mayault

Une justice au féminin Joséphine Ouédraogo

blog post image

Depuis la chute et la fuite de l’ex-président blaise Compaoré, fin 2014, un gouvernement provisoire est à la tête du pays, avec une interruption due au putsch militaire de septembre. l’un des postes les plus brûlants de ce gouvernement, le ministère de la Justice, est tenu par une femme d’exception : Joséphine ouédraogo.

Le magazine Jeune Afrique l’a classée parmi les cinquante femmes les plus puissantes d’Afrique. Joséphine Ouédraogo nous reçoit pourtant très simplement dans son bureau à Ouagadougou (capitale du Burkina Faso), une pièce vaste, mais sans luxe, où parviennent de l’étage inférieur des bruits de perceuse. Ministre, elle l’a déjà été. Mais c’était dans un tout autre contexte. Jeune sociologue, militante fémi- niste, elle fut nommée ministre de l’Essor familial et de la Solidarité en 1984 par le « Che africain », Thomas Sankara, qui venait tout juste de prendre le pouvoir. « À 35 ans, explique-t-elle, c’était le plongeon dans l’inconnu. J’ai appris ce qu’étaient les questions d’état, c’est-à-dire des questions qui touchent à toute la société. » De fait, elle œuvre alors beaucoup à la modernisation du pays, cette Haute-Volta fraîchement rebaptisée « Burkina Faso » (Pays des hommes intègres) par Sankara. Pour réguler les traditions – le mariage forcé, la polygamie –, Joséphine Ouédraogo pense à un code de la famille. Une grandeconsultation populaire est organisée par le biais d’États généraux de la femme. Surprise, celles qui sont consultées se déclarent tout à fait opposées à la sup- pression de la polygamie. La ministre a vite analysé ce résultat : « Tant que les filles devront aller chercher du bois, de l’eau, transformer le mil en farine, elles auront besoin d’une coépouse pour s’occuper de la maison et du bonhomme. »

... La suite dans Causette #60.

Publié le 28 Septembre 2015
Auteur : Isabelle Mayault | Photo : Magali Corouge / Divergence
1512 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette