cinema Publié le 26 Août 2015 par Ariane Allard

Droit dans les yeux Nabil Ayouch

blog post image

Much Loved raconte sans faux-semblants le quotidien de quatre prostituées à Marrakech. Depuis sa sélection à Cannes, cette fiction a été interdite au Maroc pour « outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine », avant même d’avoir été vue par la commission de censure. elle fait toujours l’objet d’une campagne de dénigrement, menaces de mort à l’appui. explications avec Nabil Ayouch, son réalisateur, alors que son film – vif, beau, puissant – sort en France.

Causette : Vous faites l’objet d’une croisade haineuse depuis plus de trois mois au Maroc. Première question, toute simple: comment allez-vous ?

Nabil Ayouch : Je vais mieux, je me ressource, je me vide l’esprit et essaie d’oublier toute cette haine en me projetant vers l’avenir. Mes actrices aussi vont bien. La sortie française sera pour elles, je le souhaite, un beau moment de reconnaissance qu’elles attendent, comme moi, avec hâte.

Avez-vous été surpris par la virulence de la polémique autour de Much Loved ?

N. A. : J’ai été très surpris. Je ne m’attendais pas à un tel déferlement. Je savais qu’on avait du mal à se regarder dans le miroir, mais pas au point de justifier de tels extrêmes, de tels mots... C’est très perturbant, mais je ne veux pas céder, je ne m’autocensurerai jamais. Je veux continuer à croire en l’humain et dans les idées que je défends, même si j’avoue que ce ne sera certainement pas simple tous les jours.

... La suite dans Causette #59.

Publié le 26 Août 2015
Auteur : Ariane Allard | Photo : © Barney Production - Pyramide distrIbutIon
1870 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette