cinema Publié le 26 Août 2015 par Carine Roy

Un cœur à prendre

blog post image

Après le succès de Suzanne, la réalisatrice Katell Quillévéré prépare son troisième film, Réparer les vivants, avec tahar rahim, Dominique Blanc, Emmanuelle Seigner, Kool Shen et Anne Dorval. elle adapte au cinéma le roman de Maylis de Kerangal qui raconte l’histoire, sur vingt-quatre heures, d’une transplantation cardiaque. en exclusivité, Causette vous fait partager les coulisses du film, qui sortira courant 2016. premier épisode : le scénario, avec Gilles Taurand.

Simon limbres a 20 ans. Il vient de surfer les vagues avec trois amis. Il retourne en van chez lui, c’est le seul qui n’a pas mis sa ceinture. Bientôt, son cœur ne va plus lui appartenir... « Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps... » écrit Maylis de Kerangal dans Réparer les vivants. La mort, le deuil, l’amour, la vie... et les larmes.

Oui, des larmes chaudes, car on a pleuré à la lecture de ce livre, comme Katell Quillévéré, la réalisatrice du film, et Gilles Taurand, son coscénariste. « “Écoute, voilà, lis-le, dis-moi ce que tu en penses. Moi, je suis très émue par ce que je viens de lire”, m’a annoncé Katell. C’est un coup de cœur qu’on a tout de suite partagé. Il est rare pour moi d’avoir une sorte de choc émotionnel aussi fort. C’est aussi lié à l’écriture de Maylis de Kerangal, qui est très particulière, très sensible et très cinématographique. Je me dis qu’elle sera un jour metteur en scène. Elle a l’art de poétiser la matière. Avec la description de la vague au début du livre, on est immédiatement embarqué, avec tous les problèmes que cela pose quand il s’agit d’adapter un livre de cette envergure. Il faut arrêter de se poser la question de l’absolue fidélité ou de l’horrible trahison. Adapter, c’est une relecture et c’est forcément trahir », nous dit, de sa voix calme et posée, Gilles Taurand, scénariste longtemps attitré d’André Téchiné. Depuis Hôtel des Amériques, en 1981, il a coécrit cinq films avec lui, et a reçu le césar du meilleur scénario en 1995 pour Les Roseaux sauvages.

... La suite dans Causette #59.

Publié le 26 Août 2015
Auteur : Carine Roy | Photo : © Gilles Taurand – Christian Lartillo
2228 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette