Portfolio Publié le 26 Août 2015 par Propos recueillis par Isabelle Motrot

Apprendre à tout prix

blog post image

C’est la rentrée... sauf pour les 57 millions d’enfants dans le monde qui, en âge d’être scolarisés, n’iront pas en classe cette année. pauvreté, discriminations, inégalités, les causes sont multiples, et le point numéro 2 des objectifs du millénaire*, l’école primaire pour tous, n’est toujours pas atteint. pourtant, les petits s’accrochent dès qu’on leur offre une possibilité de s’instruire. Dans certains coins de la planète, où l’école est presque inaccessible, ils s’y rendent même au péril de leur vie.

En 2013, le film Sur le chemin de l’école, de Pascal Plisson, bouleversait des milliers de spectateurs en leur faisant découvrir comment, dans certaines régions du monde, des enfants accomplissent d’incroyables et dangereux périples pour rejoindre leur salle de classe. Parcourir des milliers de kilomètres, traverser un torrent à gué, chevaucher dans la neige, éviter les militaires en planque ou les trafiquants d’organes, voilà leur quotidien. Marie-Claire Javoy, scénariste et monteuse, a travaillé plus d’une année sur le documentaire puis sur la série du même nom diffusée sur France 5. impossible de lâcher ces petits combattants du savoir. La voici qui termine un livre, avec huit nouvelles rencontres d’enfants obstinés, du Vietnam à israël, de la kirghizie au Mali. des récits bouleversants, mais toujours la même histoire : l’école peut changer la vie.

Causette : Pour le film de Pascal Plisson, puis pour la série sur France 5, vous avez rencontré une centaine d’enfants. Comment avez-vous choisi ces huit témoignages ?

Marie-claire javoy : Ces enfants font tous partie d’ethnies minoritaires, dans lesquelles le taux d’illettrisme est élevé. Et puis ils sont représentatifs de ce qui nous a touchés dans ces rencontres : une volonté inflexible de changer sa vie, son avenir et, surtout pour les filles, de s’émanciper.

Dans la plupart des cas, non seulement le trajet est dangereux, mais à l’arrivée les écoles sont loin d’être parfaites...

M.-C. J. : C’est vrai, le niveau de l’éducation reste faible en moyenne. Les cycles scolaires sont souvent allon-gés, les profs ne sont pas suffisamment formés, les programmes sont un peu flous. Et trop souvent, aussi, les locaux sont vétustes, parfois sans eau ni électri- cité. Il y a beaucoup à faire encore.

... La suite dans Causette #59.

Publié le 26 Août 2015
Auteur : Propos recueillis par Isabelle Motrot | Photo : © Winds / Y. L’Hennoret
3504 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette