Litterature Publié le 30 Juin 2015 par Cédric Fabre

Quand la femme enquête Polars

blog post image

Elles sont inspectrices de police, détectives privées ou médecins légistes. De La nouvelle-Orléans à Djedda, de Bologne à Delhi, ces héroïnes de polar tentent de s’affranchir des règles d’institutions qui souvent les oppressent, tout en s’échinant à faire respecter la loi. petit tour du monde de ces aventurières d’un quotidien presque ordinaire.

Quand, en 1930, Agatha Christie lance Miss Marple dans sa première enquête, L’Affaire Protheroe, elle campe une vieille dame qui ne sort guère de son village de la campagne anglaise. Au même moment, Dashiell Hammett et Raymond Chandler inventent, aux États-Unis, le roman noir hard-boiled : ils explorent les bas-fonds crasseux des grandes villes, révélant la violence sociale et les limites du rêve américain. Leurs « privés » sont des durs à cuire, et la femme y occupe un statut en général peu relui- sant, étant soit la victime du meurtre, soit la fameuse « vamp » qui hantera le polar – et le film noir – durant des décennies. Pas évident de bazarder un tel héritage et de proposer des héroïnes à la fois contemporaines, crédibles et engagées. L’ex-commissaire divisionnaire Danielle Thiéry – première femme en France à avoir obtenu ce poste – a ouvert la voie à la fin des années 1990 en mettant en scène une commissaire parisienne, Edwige Marion, qui se débat dans un monde d’hommes contre une hiérarchie parfois grippée. Elle affronte un quotidien âpre et dur, et fait parfois elle-même partie des victimes : elle prendra une balle dans la tête au cours d’une enquête et devra travailler dans un état second.

... La suite dans Causette #58.

Publié le 30 Juin 2015
Auteur : Cédric Fabre | Photo : © Aldo Sperber/pictuRetank - DR X 9
2039 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette