La cabine d'effeuillage Publié le 30 Juin 2015 par Sarah Gandillot

Le psychanalyste des villes Laurent Petit

blog post image

Depuis 2008, Laurent petit, personnage inclassable, d’abord promis à une carrière d’ingénieur, couche les villes de France et d’ailleurs sur le divan. mi-urbaniste, mi-clown, mi-psy, mi-poète, il a inventé une discipline pseudo-scientifique hilarante. Aussi sérieuse et ambitieuse qu’absurde.

dire qu’il aurait pu se contenter d’être ingénieur. C’est ce à quoi s’était destiné Laurent Petit, 52 balais aujourd’hui, grande tige de 1,92 m au style foutraque et au léger accent du Nord, vestige de ses origines lilloises, lui qui vit aujourd’hui à Marseille. À 25 ans, Laurent Petit, au patronyme ironiquement inadapté était embauché chez Matra Ericsson à 3 000 euros par mois. Il n’a pas supporté. Aux austères couloirs de bureaux, il préfère le pavé. Coup de volant à 180 degrés. Direction les arts de la rue. Pas étonnant pour ce pitre qui vous fait rire dès l’instant où il ouvre la bouche. Il a l’œil qui frise, l’autodérision à fleur de peau, et le jeu de mots est sa raison de vivre. « À cette époque, j’ai été jongleur, clown de supermarché. C’est là que j’ai commencé à improviser et à aimer ça. Le rapport avec le public était hyper fort », se souvient-il.

... La suite dans Causette #58.

Publié le 30 Juin 2015
Auteur : Sarah Gandillot | Photo : Philip Poupin pour Causette
2219 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette