Politique Publié le 30 Juin 2015 par Propos recueillis par Virginie Roels

Clémentine Autain Dans la peau de l’animal

blog post image

Que se passe-t-il dans la tête d’une femme politique ? Comment s’est-elle construite, comment imagine-t-elle son image ? Interview subjective et ressentie, confessions de la femme politique sur les ressorts de sa personnalité.

Élue municipale, militante féministe, engagée, clémentine autain est viscéralement de gauche, c’est dans son ADN. Elle construit son identité politique en se moquant des cases : socialiste ? écolo ? communiste ? Elle se veut libre d’esprit et d’idées, et tant pis si l’on en pense du mal, elle, cela lui fait du bien.

Causette : L’événement qui vous a éveillée à la politique ?

Clémentine Autain : C’est l’ambiance générale, une infusion lente : mon père est un anar fini, artiste engagé, libertaire et en même temps proche du Parti communiste. Il passait son temps devant la télé, sur sa chaise, à se plaindre que le monde était pourri, à répéter : « Regarde comme c’est horrible ! » À 15 ans, je lui ai dit : « Papa, tu es un révolutionnaire assis. » Il en a été extrêmement meurtri. Mon moteur, c’est celui- ci. Être révoltée, mais aussi faire quelque chose de ce sentiment, agir pour transformer le réel.

Quel personnage politique fut votre modèle ?

C. A. : François Autain, mon oncle, ancien secrétaire d’État de François Mitterrand et sénateur socialiste puis du Parti de gauche. Il est entré au PS dans les années 1970, il a vécu l’expérience de la victoire de la gauche en 1981, mais aussi la désillusion de 1983 lorsque le PS s’est accommodé avec l’ordre dominant, est tombé dans l’impasse du compromis. La révolution s’est alors fracassée sur la construction européenne, ouvrant une parenthèse libérale qui ne s’est jamais refermée. Mon oncle a été personnellement très affecté par cet échec et a fait le choix de rester au PS, d’être député puis sénateur...

... La suite dans Causette #58.

Publié le 30 Juin 2015
Auteur : Propos recueillis par Virginie Roels | Photo : © Laurent Hazgui/Divergence
2077 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette