Litterature Publié le 27 Mai 2015 par Chloé Marot

Tous en short pour fêter la littérature jeunesse ! 27/05/15

blog post image

Si vous êtes de ceux qui regrettent que la littérature jeunesse ne fasse la Une des médias qu’à l’occasion du Salon du livre et de la presse jeunesse (SLPJ) de Montreuil, réjouissez-vous ! Le ministère de la Culture, associé au Centre national du livre (CNL), au Centre de promotion du livre de jeunesse (CPLJ) et à tout un tas d’autres partenaires (médias, privés, professionnels du livre, associations et fondations) lance la première édition de la Grande Fête du livre pour la jeunesse, du 17 au 31 juillet prochain.

Plaisir de lire… en short !

Cette manifestation culturelle nationale se veut « enjouée », comme l’affirme Fleur Pellerin, et c’est dans un esprit « récréatif, décalé et festif » que la ministre de la Culture a choisi de baptiser cette fête « Lire en short » (sic !), choix approuvé par ses enfants (re-sic !) comme elle l’a indiqué lors de la conférence de presse qui s’est tenue ce jour dans le salon du ministère.

L’idée est prometteuse. Et plus belle que son nom. « Lire en short » vise à transmettre le plaisir de lire et s’adresse à tous les enfants. Que ce soit sur leur lieu de résidence ou sur leur lieu de vacances – pour ceux qui ont la chance de partir –, le principe est le même : c’est bien le livre et la lecture qui iront à la rencontre des lecteurs et non l’inverse.

Les acteurs de terrain à pied d’œuvre pour la jeunesse

Grâce à la bonne volonté d’auteurs, illustrateurs, bibliothécaires, animateurs d’éducation populaire, éditeurs et libraires – bref de ceux qui font la littérature jeunesse tout au long de l’année –, de très nombreuses animations sont prévues.

Matchs d’improvisation dessinée, lectures vagabondes, atelier de création de BD, siestes en livres et en musique, lectures théâtralisées, pique-niques et bals littéraires, expo, bar à histoires, prêt de livres sur les plages et dans les transports en commun… il y en aura pour tous les âges et pour tous les goûts ! Populaire, la fête sera gratuite, nationale et souvent itinérante.

Épaulé par l’expérimenté CPLJ, le CNL affirme, par la voix de son président, Vincent Monadé, avoir injecté 500 000 euros dans le projet, consacrés en priorité à la rémunération des auteurs et des illustrateurs volontaires pour animer des ateliers ou participer à des rencontres. Cette somme est relativement faible, comparée au nombre d’événements déjà prévus sur l’ensemble du territoire : 600 événements sont déjà référencés, et il est encore possible de s’inscrire.

Un regret tout de même : le 31 juillet, on démonte tout… jusqu’à l’année suivante. La ministre de la Culture a bien confirmé que, une fois la parenthèse estivale achevée, rien de particulier ne sera mis en œuvre pour promouvoir la littérature jeunesse et la lecture, hormis ce qui se fait déjà (Salons du livre, initiatives locales, etc.)

Parions donc que, mis à part ces deux rendez-vous annuels que sont le SLPJ et la Grande Fête du livre, la littérature jeunesse, malgré sa vivacité et ses multiples talents, repartira pour un an de dur labeur et d’incroyable créativité dans un silence assourdissant. Amis journalistes, soutenons les livres pour enfants… toute l’année !

Plus d’infos sur : www.lire-en-short.fr

Publié le 27 Mai 2015
Auteur : Chloé Marot | Photo : Photo : C.M. Au centre, Fleur Pellerin, ministre de la Culture. En rouge : Sylvie Vassallo, directrice du Salon du livre jeunesse en Seine Saint Denis.
3544 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette