Corps et Ame Publié le 15 Avril 2015 par Propos recueillis par Sarah Gandillot

Enceinte… touche pas à mon bide 13/04/15

blog post image

Quelle est cette drôle de manie que nous avons tous de vouloir toucher le ventre des femmes enceintes ? D’autant que les principales intéressées sont bien souvent soûlées sans oser vous le dire…

Mais lâchons-leur le bidon ! Il suffit qu’un ventre de femme enceinte pointe le bout de son nombril pour que nos mains soient attirées comme un aimant par cette belle protubérance. On caresse, on tâte, on essaie de sentir bouger le bébé. Et tout ça nous semble on ne peut plus normal. Mais imaginez-vous caresser, comme si de rien n’était, le ventre plat de votre belle soeur. Chelou, non ? Pourquoi s’autorise-t-on, dans ce seul cas, cette intimité ? Nous avons demandé son avis à la psychologue Cécile Viénot, spécialiste de la grossesse.

 

Causette : Pourquoi se permet-on de toucher le ventre des femmes enceintes ?

Cécile Viénot : La grossesse est perçue par tous comme un événement social. Tout simplement parce que la grande majorité des femmes est passée ou va passer par là. On perpétue, tous. C’est le principe de la reproduction de l’espèce. Il existe, de ce fait, un fort sentiment d’identification. Chacun se sent impliqué, de près ou de loin, par cet événement. Du coup, toute grossesse, même si elle concerne quelqu’un qu’on ne connaît pas ou peu, prend une dimension collective. Puisque c’est visible, exposé, elle perd son caractère intime.

 

En quoi est-ce que ce geste peut être vécu comme une agression par certaines femmes ?

C. V. : Il faut bien préciser que ce n’est pas le cas de toutes. Même très pudiques, nombreuses sont celles qui apprécient ce contact et aiment qu’on vienne reconnaître leur statut. Mais d’autres, en effet, le vivent comme une agression. La grossesse est,pour certaines, un moment fusionnel entre la mère et l’enfant, et elles peuvent se sentir dépossédées de ce lien privilégié à cause de toutes ces interventions extérieures. D’autant que nombreux sont ceux qui s’autorisent à caresser leur ventre sans même demander la permission.

 

Sauf que les gens ne comprennent pas que cela puisse déplaire…

C. V. : Oui, ils ne peuvent pas l’entendre, car ils ont l’impression de faire un geste bienveillant et de montrer leur intérêt pour l’enfant à venir. Ils n’ont pas conscience d’être intrusifs. Les futures mères hésitent souvent à montrer leur désaccord de peur de passer pour des mères hystériques, névrosées ou trop fusionnelles… Mais, en l’occurrence, je crois que les femmes doivent s’écouter sur ce point. Si elles sentent que cela doit rester pour elles de l’ordre de l’intime, elles doivent le verbaliser. S’il y a bien un moment dans la vie où on a le droit d’être égocentrique, c’est celui-là. Elles peuvent aussi décider de dire qu’elles sont d’accord, mais seulement aux moments qu’elles choisissent, elles. À savoir quand elles sont pleinement disponibles pour faire entrer une tierce personne dans cette relation à deux. Mais cela doit découler d’une invitation de leur part. Et les autres doivent le comprendre et le respecter.

Publié le 15 Avril 2015
Auteur : Propos recueillis par Sarah Gandillot | Photo : Illustration : Amélie Fontaine pour Causette
6146 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette