cinema Publié le 11 Mars 2015 par Isabelle Motrot

Famille décomposée 02/12/14

blog post image

Dans un article de Libération, elle lâchait une petite phrase qui faisait froid dans le dos : « J’ai travaillé avec mon père pour qu’il m’aime. » Elle, c’est Asia, lui, c’est Dario, deux réalisateurs. Le père, Dario Argento, a créé un genre de cinéma dans les années 70, le « giallo », entre film d’horreur et policier, avec un poil d’érotisme. La fille, Asia Argento, en est à son quatrième long-métrage, tous aussi déjantés que créatifs. Avec L’Incomprise, elle raconte l’histoire d’une petite fille marquée par le désamour de ses parents, qui se déchirent en l’oubliant au passage.

 

Mais ça n’est pas autobiographique, nous dit Asia. Respectons la parole de l’artiste et voyons alors dans ce film un constat plus vaste : le sentiment d’incompréhension inhérent à l’enfance. La toute jeune actrice Giulia Salerno, prodigieuse, entre candeur et malice, nous tire autant de larmes que de sourires. Car on sourit beaucoup dans ce récit échevelé où les personnages sont souvent excessifs et burlesques. Le revival des années 80, la performance de Charlotte Gainsbourg dans le rôle d’une mère qu’on a envie d’étrangler, le charme déglingué de Gabriel Garko, star de la télé italienne : tous ces éléments contribuent à nous faire oublier les baisses de rythme et le petit côté bricolage du scénario. La stylisation des images acidulées, l’esthétique follement colorée achèvent de nous séduire. On comprend cette incomprise.

 

 

Publié le 11 Mars 2015
Auteur : Isabelle Motrot
4289 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette