Politique Publié le 11 Mars 2015 par Anna Cuxac

Féminicide, un nouveau mot à méditer 15/12/14

blog post image

« Féminicide, n. m. : homicide d’une femme, d’une jeune fille ou d’une enfant en raison de son sexe. Note : le féminicide peut désigner un meurtre à caractère individuel ou systématique. » C’est le nouveau terme ajouté, en septembre dernier, au vocabulaire du droit et des sciences humaines par la Commission générale de terminologie et de néologie, rattachée aux services de Matignon. « Pour combattre un mal, il faut trouver un terme qui le signifie précisément », justifie au micro de Radio France Xavier North, membre de la commission.

 

Le meurtre d’une femme parce qu’elle est une femme est un concept balbutiant en France, mais Le Petit Robert, qui introduit lui aussi le mot dans son édition 2015, indique ceci : « Le féminicide est un crime reconnu par plusieurs pays d’Amérique latine. » Là-bas, et particulièrement au Mexique, c’est un fléau répandu comme la peste, qui a poussé dix États à légiférer pour pénaliser plus durement le feminicidio. Les crimes sexistes, ce sont aussi les infanticides sexués de Chine ou d’Inde, dans des familles où une fille est un poids économique et social.

 

En France, le terme ferait le plus souvent sens dans le cadre de violences domestiques. Il n’a pas encore de reconnaissance juridique dans la loi française, contrairement aux crimes racistes et homophobes. Mais « les violences au sein du couple constituent des circonstances aggravantes aux infractions pénales », rappelle le site Service-public.fr. Et ces violences étant commises majoritairement par des hommes contre des femmes, les nommer spécifiquement n’est sans doute pas inutile…

Publié le 11 Mars 2015
Auteur : Anna Cuxac | Photo : Illustration : Camille Besse
4077 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette