Politique Publié le 06 Mars 2015 par Miren Bengoa

Gent masculine, impliquez-vous dans la lutte contre les inégalités femmes-hommes 08/03/15

blog post image

[TRIBUNE] À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Miren Bengoa, présidente du comité ONU Femmes France, a souhaité s’exprimer dans une tribune sur notre site pour rappeler l’importance de l’implication des hommes dans la lutte pour l’égalité entre femmes et hommes. Un message que Causette aimerait voir partager de façon virale, en ce jour du 8 mars.

Emma Watson, ambassadrice d’ONU Femmes, qui s’est exprimée à l’assemblée générale des Nations unies, en septembre 2014, puis au Forum économique mondial de janvier 2015, a lancé la campagne HeForShe. Initiée par ONU Femmes, l’objectif de cette campagne est de souligner l’enjeu crucial de l’implication des hommes et des garçons dans la lutte contre les inégalités et les violences faites aux femmes.

Vingt ans après la Conférence mondiale des femmes de Beijing en 1995, les femmes continuent de subir des violences et des discriminations dans tous les domaines, économiques, politiques et sociaux. Partant de ce constat, la campagne entend mobiliser les hommes et les garçons partout dans le monde, dans un mouvement de solidarité pour mettre fin aux discriminations et favoriser leur engagement pour atteindre une égalité réelle.

 

Grâce à l’engagement des associations féministes et d’universitaires, de nombreuses recherches et cas concrets, comparés dans différents contextes historiques et culturels, ont aidé à déconstruire la façon dont nos normes sociales attribuent des rôles différenciés aux femmes et aux hommes. Ces rôles ont pour seule base le sexe de chacune et de chacun, et enferment ainsi femmes et hommes dans des stéréotypes arbitraires, engendrant de nombreuses discriminations.

Malgré des avancées notoires, nos sociétés considèrent toujours que les femmes sont responsables du foyer, des tâches domestiques et des soins. Alors que la majorité d’entre elles sont entrées sur le marché du travail et peuvent occuper des postes à responsabilité, elles continuent d’assumer deux tiers des tâches domestiques. En 2015, être enceinte continue, de façon inacceptable, d’être synonyme de ralentissement et d’entrave dans les carrières des femmes.

D’une façon générale, les archétypes des valeurs dites « féminines » et des valeurs « masculines » sont soit ouvertement affichés ou restent implicites. Les premières font référence à la douceur, l’émotion, la communication, le social, le foyer, etc., tandis que les secondes réfèrent au pouvoir, à la prise de décision et de parole, à l’autorité et à l’espace public. Or, dans les faits, les qualités « féminines » ne sont pas valorisées de façon égale dans la société, comme en témoignent, par exemple, les niveaux de salaire des professions majoritairement occupées par des femmes, usuellement plus bas que ceux des professions à dominante masculines. 

Tandis que ces inégalités continuent de structurer les sociétés, notamment via les médias, les comportements individuels changent. De plus en plus de femmes sont présentes dans la sphère publique et politique, et davantage d’hommes souhaitent s’investir dans la sphère privée. Lentement, mais sûrement, les mentalités évoluent et certains hommes se retrouvent même confrontés à des discriminations habituellement féminines ! Comme, par exemple, la peur de ruiner sa carrière en prenant un congé paternité, un congé parental ou un temps partiel.

 

La campagne HeforShe invite les hommes et les garçons à entrer dans ce débat, à s’investir pour lutter contre ces rôles imposés et à questionner ces stéréotypes qui engendrent inégalités et violences. Elle les encourage à s’exprimer pour dénoncer les discriminations faites aux femmes et à promouvoir un modèle d’égalité et de droits identique pour toutes et tous.

Soutenu par des initiatives dans tous les pays, le mouvement HeforShe est une initiative qui a pour vocation d’inscrire l’égalité femmes-hommes dans la réalité. Comme l’exhorte Emma Watson, « j’invite les hommes à faire le premier pas, à se rendre visibles et à s’interroger : si pas moi, alors qui ? Si pas maintenant, alors quand ? »

 

Miren Bengoa,  Présidente du comité national ONU Femmes France 

Publié le 06 Mars 2015
Auteur : Miren Bengoa | Photo : DR
9362 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette