Culture Publié le 27 Janvier 2015 par Arian Allard

Héros : super ou ordinaire, le match Cinéma

blog post image

Vincent n’a pas d’écailles”, premier long-métrage poétique de Thomas Salvador, et “Birdman”, opus décoiffant d’Alejandro Gonzalez Iñarritu, sortent en février. Aux antipodes, ils convoquent néanmoins une figure décalée de super-héros. Le combat est-il joué d’avance entre le film alternatif et la grosse production ? Pas sûr…

Tiens donc ! Deux nouvelles sorties, ce mois-ci, se proposent de chatouiller LE mythe de nos sociétés viriles et inquiètes : celui du super-héros. Une figure familière, il est vrai, puisqu’elle domine la machine hollywoodienne depuis une bonne dizaine d’années.

 

Effet collatéral du 11 septembre 2001 ? Sans doute. De fait, les blockbusters rassurent désormais, comme des doudous, une Amérique qui reprend peu à peu confiance dans les bras rouge et or d’Iron Man et les filets musclés de l’homme-araignée… Rien de tel ici néanmoins.

 

D’un côté, Vincent n’a pas d’écailles, « petit » film français au minimalisme solaire, signé Thomas Salvador. De l’autre, Birdman, rutilante proposition d’Alejandro Gonzalez Iñarritu (en lice pour les Oscars). Dans les deux cas, la figure surnaturelle se révèle totalement décalée, c’est l’un de leurs rares points communs. D’où cette idée de battle… en douceur.

 

... La suite dans Causette #53.

Publié le 27 Janvier 2015
Auteur : Arian Allard | Photo : Twentieh Century Fox : le pacte
2188 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette