Société Publié le 27 Janvier 2015 par Propos recueillis par Marion Rousset

Les filles, ça joue pas ! Loisirs

blog post image

Les espaces de loisirs gratuits ou subventionnés sont surtout fréquentés par les garçons. La faute aux filles, qui n’osent pas prendre leur espace ? Encore une caricature de l’inégalité des sexes ? Pour la sociologue Édith Maruéjouls, ce sont les politiques publiques qui assignent les adolescentes à domicile.

Causette : Vous affirmez dans votre thèse qu’on parle du décrochage scolaire des garçons, mais jamais du fait que les filles décrochent des loisirs… À quoi le voyez-vous ?

 

Édith Maruéjouls : La faible présence des adolescentes dans les loisirs est un constat statistique. J’ai observé les pratiques des jeunes pendant un an dans trois communes, dans des lieux comme les clubs sportifs, les écoles de musique, les médiathèques, les maisons des jeunes… Globalement, on y trouve deux tiers de fréquentation masculine pour un tiers de fréquentation féminine. Sans compter que les garçons sont deux fois plus nombreux que les filles à être licenciés dans les clubs de sport. On a vraiment l’impression que celles-ci ont intégré l’idée que l’espace du dehors et des loisirs n’est pas fait pour elles. Et de fait, en matière d’accompagnement éducatif, les politiques publiques s’adressent implicitement aux jeunes garçons qui décrochent de l’école. Les skateparks et les « city stades », par exemple, sont des solutions qui permettent de regrouper les gamins plus turbulents, ceux qui font du bruit au pied des immeubles. Les autres, tous ceux qui ne correspondent pas à ce modèle de virilité, ne sont pas les bienvenus dans ces espaces en accès libre fréquentés à 90 % par une population masculine. Comme les maisons des jeunes ! Mais on trouve l’équivalent pour adultes avec les terrains de pétanque, où c’est 100 % de mecs.

 

... La suite dans Causette #53.

Publié le 27 Janvier 2015
Auteur : Propos recueillis par Marion Rousset | Photo : Olivier Cullman/Tendance Floue
2812 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette