Société Publié le 27 Décembre 2014 par Audrey Lebel

Quand les conjoints trinquent Femmes violentes - II

blog post image

Une femme auteure de violences conjugales ? Inconcevable dans l’imaginaire collectif. Au pire on n’y croit pas, au mieux on le tourne en ridicule. Pourtant, elle peut se montrer aussi agressive qu’un homme et traumatiser autant sa victime. Quand va-t-on réussir à l’envisager ?

L’affaire Nabilla en est l’exemple le plus criant. Depuis qu’elle est soupçonnée d’avoir poignardé son compagnon, le fait divers a fait la Une des journaux. Souvent, l’histoire est tournée en dérision. Mais si on inversait la situation ? Si la jeune femme avait été admise à l’hôpital dans un état grave après avoir reçu plusieurs coups de couteau dans le thorax de la part de son partenaire, aurait-on autant rigolé ? Baptiste* a subi pendant plusieurs années la violence de sa compagne. Lui-même le reconnaît : « Tant qu’on ne vit pas cette violence, je peux concevoir qu’on ne l’envisage pas. Dans l’inconscient, une fille joue à la poupée, un garçon joue aux cow-boys et aux Indiens. Il y a des images d’Épinal qui formatent les réactions de chacun. Dans l’imaginaire, on associe les femmes aux violences conjugales, ce qui est fondé statistiquement, mais on ne pense jamais que la victime pourrait être un homme. Et si en réalité… »

 

*Le prénom a été modifié.

 

... La suite dans Causette #52.

Publié le 27 Décembre 2014
Auteur : Audrey Lebel | Photo : Sofia Moro/Getty images
2835 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette