Société Publié le 27 Décembre 2014 par Virginie Roels

Un papa dans le dos

blog post image

D’un côté, il y a l’image plaisante, moderne même, d’une femme libre qui décide de faire un enfant toute seule. De l’autre côté du miroir, il y a un homme. La violence du choc de devenir père contre son gré est le sujet d’un documentaire troublant et dérangeant.

"Sois père et tais-toi" commence comme un mauvais polar ; un homme passe la porte d’un laboratoire, une femme en blouse blanche lui fourre un Coton-Tige dans la bouche pour relever son ADN. Est-il l’auteur d’un crime ? La caméra se glisse alors dans le cabinet un peu austère d’une avocate, Mary Plard. Face à elle, des hommes défilent. Tous ont en commun d’avoir fréquenté une femme qui leur a fait un enfant dans le dos, tous vont affronter la mère qui leur intente un procès pour action en recherche de paternité.

 

... La suite dans Causette #52.

 

Le documentaire Sois père et tais-toi est diffusé dans Le Monde en face, présenté par Marina Carrère d’Encausse, sur France 5, le mardi 13 janvier à 20 h 40, en partenariat avec Causette.

 



Mary Plard

Féministe engagée contre paternité imposée

 

Elle a été de tous les combats féministes. Pourtant, si cette avocate prend la plume, c’est pour dénoncer une injustice faite aux hommes par des femmes : celle qui consiste à les rendre pères, contraints et forcés.

 

Causette : Pourquoi une féministe telle que vous montet- elle au créneau pour défendre des hommes… contre des femmes ?

 

Mary Plard : Je ne défends pas des hommes contre des femmes, je plaide pour l’égalité dans le choix de concevoir ou non un enfant. Dans les années 60, on disait aux femmes : « Tu as couché, salope, tu vas assumer les fruits de ta coucherie, et l’enfant, tu le gardes ! » C’est justement parce que je suis féministe que je ne peux tolérer que l’on tienne aujourd’hui, en 2014, le même discours aux hommes. Les féministes se sont battues pour que les femmes puissent avoir accès à la contraception, avoir le choix entre garder un enfant, avorter ou accoucher sous X. Leur slogan était : « Un enfant si je veux, quand je veux », pourquoi les hommes n’auraient-ils pas le même droit ? La sexualité et la procréation sont désormais déconnectées, faire un enfant est un projet de parents, qui se discute à deux. L’égalité homme-femme, ça n’est pas d’imposer à un homme une paternité qu’il ne veut pas assumer.

 

... La suite dans Causette #52.

Publié le 27 Décembre 2014
Auteur : Virginie Roels | Photo : Morgane production
4493 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette