Santé Publié le 26 Novembre 2014 par Delphine Saltel

Douleur secrète Le vaginisme

blog post image

“Causette” a décidé de poser un micro dans une consultation de sexologie d’un hôpital public, avec l’autorisation des patients. Un poste d’observation de la vie sexuelle ordinaire. Petites misères, grandes questions, peurs et mauvaises habitudes de gens comme tout le monde. Où l’on entend une sexologue prodiguer sans périphrases ni idéologie une éducation sexuelle pour adultes en souffrance.

La consultation de sexologie se tient au sous-sol du pavillon d’urologie de l’hôpital. Une porte banale dans un couloir sombre un peu miteux. Les patients attendent, assis sur des fauteuils dépareillés. De temps en temps passe un malade bringuebalé sur son lit-chariot par un infirmier. « C’est Mme Machin, elle monte au bloc dans vingt minutes, je la laisse là en attendant. » C’est toujours un peu violent de se retrouver au milieu de la vraie vie d’un hôpital, mais cela donne peut-être l’impression aux patients rencontrant des difficultés sexuelles d’être accueillis comme de véritables malades. Le signe qu’on prend leur souffrance au sérieux.

 

Sur l’un des sièges, il y a Clothilde, la trentaine, pantalon ample à motifs africains, baba cool et coquette à la fois. Elle se tient droite, tête haute, son dossier médical soigneusement posé sur les genoux. La sexologue l’invite à entrer dans une pièce spartiate. Table d’examen métallique, mobilier administratif des années 70, néon cru. Mais la voix ferme du médecin dégage un professionnalisme rassurant.

 

... La suite dans Causette #51.

Publié le 26 Novembre 2014
Auteur : Delphine Saltel | Photo : Illustration : Anne-Lise Boutin pour Causette
2309 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette