Engagée Publié le 26 Novembre 2014 par Propos recueillis par Eric la Blanche

Seule contre les lobbies Stéphane Horel

blog post image

Journaliste d’investigation et lanceuse d’alerte, Stéphane Horel dissèque rapports et documents publics pour traquer magouilles et conflits d’intérêts. “Causette” vous convie à l’interview d’une “fouille-merde” patiente et intraitable, (presque) seule face aux plus gros intérêts commerciaux de la planète.

Dans les couloirs feutrés du Parlement européen, des milliers de lobbyistes travaillent chaque jour pour influer sur les décisions communautaires. Et la plupart du temps, disons-le, ça n’est pas en faveur du citoyen. Face à eux, pas grand monde. À part Stéphane Horel, lanceuse d’alerte et journaliste d’investigation d’un nouveau genre : depuis son ordinateur, elle analyse méthodiquement les documents publics et les expose à la vue de tous, comme dans son dernier documentaire sur les perturbateurs endocriniens, Endoc(t)rinement, rediffusé récemment sur France 5.

Sa spécialité ? Les questions de santé et d’environnement, sujets qui nous concernent tous, mais pour lesquels les enjeux économiques sont tels que l’intérêt général y est régulièrement bafoué. Elle a reçu divers prix, dont un Laurier de la Columbia Journalism Review, en 2013, pour une enquête sur les conflits d’intérêts dans la chimie.

 

Causette : Journaliste d’investigation était votre vocation ?

 

Stéphane Horel : J’ai toujours voulu être journaliste, mais, au départ, mon rêve c’était plutôt d’être correspondante du Monde à Washington [là, elle se marre]. Mon père, modeste fils de jardinier, a réussi à devenir sous-préfet. Je l’ai toujours vu « droit dans les bottes de la République » et il m’a transmis un certain sens de l’intérêt général.

 

... La suite dans Causette #51.

Publié le 26 Novembre 2014
Auteur : Propos recueillis par Eric la Blanche | Photo : Paolo Verzone / Agence VU pour Causette
2160 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette