Sylvia Rivera, la Rosa Parks des trans

Quand la communauté queer, gay et lesbienne de New York s’est soulevée et a lancé ce qui est devenu le mouvement « Pride », Sylvia Rivera a lutté pour y inclure les droits des minorités parmi la minorité : les trans, mais aussi les sans-​abri et les personnes racisé·es. Elle fut les trois.

sylviarivera r2fr9
Sylvia Rivera, en 1996, sur les bords de l’Hudson River, à New York. Elle s’y installe, sous des tôles de fortune, après le décès de son amie Marsha P. Johnson, en 1992. © Valérie Shaff

Sylvia Rivera aurait pu recevoir la palme de l’intrépide aux yeux de la société new-​yorkaise post-​années cinquante. Latino d’origine (un père portoricain et une mère vénézuélienne), sans-​abri, travailleuse du sexe, drag queen, militante pour « les droits des gays » (c’est comme ça qu’on disait alors) et femme transgenre… difficile de cumuler plus de « tares ». Mais au lieu de l’abattre, son statut de marginale est devenu un carburant pour cette guillerette et infatigable activiste, à qui l’on doit le T de LGBTQI+. 

Dès l’enfance, Sylvia détonne. C’est ce qui lui vaut de devoir partir de chez elle à l’âge de… 10 ans et demi. C’était en 1961. Elle répond alors au prénom de Ray. Choix masculin, conformément au genre qui lui a été assigné à la naissance. Son père l’ayant abandonnée et sa mère s’étant suicidée, la petite Ray vit avec sa grand-​mère. 

N***que la police

Malgré les réprimandes de sa mamie, qui rêve d’en faire un futur mécanicien, Ray se pomponne et se voit coiffeuse. Un jour, « ma[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
dr james barry surgeon wikimedia

James Miranda Barry, docteur au-​delà du genre

La femme dont il va être ici question est… un homme. Officiellement, du moins. Brillant chirurgien de l’armée britannique au XIXe siècle, progressiste, baroudeur, hors-norme, il est secrètement doté d’attributs féminins.