fbpx
shutterstock 568688335
© Shutterstock

Suzanne Noël : pion­nière de la chi­rur­gie esthé­tique pour les gueules cas­sées

Pionnière de la chi­rur­gie esthé­tique, Suzanne Noël a répa­ré les gueules cas­sées au sor­tir de la Grande Guerre comme les employées virées parce qu’elles pre­naient de l’âge… Et a mis ses convic­tions de suf­fra­gette au ser­vice du Soroptimist International, un club fémi­niste qu’elle a implan­té en France.

C’est une allée le long du cime­tière du Père-​Lachaise, à Paris, une sta­tue ave­nue du Trésum, à Annecy (Haute-​Savoie), ou encore une salle de la pré­fec­ture à Laon (Aisne) : long­temps oublié, le nom de Suzanne Noël fleu­rit dans nos villes ces der­nières années. En 1954, elle dis­pa­rais­sait à 76 ans accom­pa­gnée du défé­rent hom­mage de l’hebdomadaire Aux écoutes du monde : « Si Madame Suzanne Noël a été la pre­mière femme de France à exer­cer la chi­rur­gie, son plus grand titre, sans doute, sera, pour l’avenir, d’avoir en quelque sorte inven­té la chi­rur­gie esthé­tique. […] À com­bien d’êtres aura-​t-​elle ren­du confiance en soi, goût de vivre, joie d’aimer et d’être aimé, pos­si­bi­li­tés nou­velles de gagner leur vie, en cor­ri­geant, par[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
HS11 marie laguerre

Marie Laguerre : mar­cher en paix

À l’été 2018, en postant sur Facebook la vidéo de son agression par un inconnu dans la rue, cette étudiante en architecture de 23 ans est devenue l’un des visages de l’ère #MeToo.

HS11 eve ensler 2

Eve Ensler : le mono­logue du par­don

La dramaturge poursuit son combat contre les violences faites aux femmes en publiant Pardon. Une lettre d’excuse qu’elle aurait voulu que son père, qui l’a abusée et battue, lui adresse.