Pénélope Bagieu : ses amies s’animent

Alors qu’une série d’animation issue de ses célèbres Culottées débarque en mars à la télé et sur le Web, la dessinatrice Pénélope Bagieu s’apprête à publier une adaptation des Sacrées Sorcières, de Roald Dahl.

HS11 penelope bagieu
© Frankie Allio pour Causette

Elle n’a pas beaucoup dormi. La veille, elle a mis le coup de crayon final à son nouveau bébé, Sacrées ­Sorcières, une adaptation graphique du roman de Roald Dahl. « J’adore ce livre, c’est l’un de mes premiers souvenirs forts de lecture », confie Pénélope Bagieu. À 37 ans, elle est la première au monde à s’atteler en bande dessinée à l’œuvre de l’écrivain ­britannique. Un projet « intimidant et à la fois très simple, dit-​elle, car ça fait trente ans que ce livre est dans ma tête. Je n’avais plus qu’à le mettre sur papier ». Soit trois cents pages qui paraîtront le 29 janvier et dans lesquelles on retrouve l’univers fantastique de Roald Dahl, pimenté à la sauce Bagieu. C’est que, depuis la parution du roman en 1983, la représentation des femmes a quelque peu évolué. Tout comme l’image des sorcières. « Ce ne sont pas de méchantes bonnes femmes, mais des créatures magiques, avec des pouvoirs. C’était important pour moi de bien souligner ça », explique l’autrice, qui en a profité pour leur insuffler son humour habituel. 

Exit, aussi, le copain du jeune héros. « À la place, j’ai créé un personnage féminin, qui est tout ce qu’on peut attendre d’une héroïne : elle est fondamentalement bonne, courageuse, elle a un caractère et une histoire à elle. Je voulais que les garçons qui lisent le livre la trouvent super cool et qu’ils aient envie d’être elle », résume-​t-​elle malicieusement. Et après une année de travail intense, à vivre jour et nuit avec ses personnages – « il faut les aimer très fort, parce que ça devient vraiment des colocs » –, Pénélope Bagieu se retrouve aujourd’hui un peu esseulée. « Je vais avoir un petit café gourmand d’après dîner grâce à la promo, où je serai encore un peu dedans, dit-​elle en se frottant les mains. Mais après, ça va être le vide. » Enfin, presque. Car avec elle, le vide n’en est jamais tout à fait un.

En mars sortira ainsi sur France 5 et sur le site Internet de France Télévisions l’adaptation en série animée de sa BD Culottées. Trente épisodes de trois minutes trente, pour[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
HS11 eve ensler 2

Eve Ensler : le monologue du pardon

La dramaturge poursuit son combat contre les violences faites aux femmes en publiant Pardon. Une lettre d’excuse qu’elle aurait voulu que son père, qui l’a abusée et battue, lui adresse.