fbpx

Odile Fillod vous sou­haite la bien­ve­nue dans la troi­sième dimen­sion

Depuis cet été, le cli­to­ris à taille réelle et en 3D a fait cou­ler beau­coup d’encre. Et pour cause : quelle sacrée révo­lu­tion pour l’éducation sexuelle ! Et l’émancipation des femmes. Rencontre avec Odile Fillod, la cher­cheuse fran­çaise qui l’a mis au point.

HS5 Odile Fillod 02
© M. Docher

Antisexiste. Ce terme convient mieux à Odile Fillod que celui de fémi­niste. « La notion de fémi­nisme recouvre une grande diver­si­té idéo­lo­gique autant que stra­té­gique, et il m’arrive d’être en désac­cord aus­si pro­fond avec des fémi­nistes qu’avec des anti­fé­mi­nistes, explique l’inventrice du désor­mais célèbre cli­to­ris en 3D qui a sus­ci­té un buzz média­tique depuis l’été. Je ne remets évi­dem­ment pas en ques­tion la spé­ci­fi­ci­té et la gra­vi­té incom­pa­rable de l’oppression des femmes, mais je suis sen­sible aux consé­quences néfastes des normes de genre pour l’humanité tout entière. » Pour cette cher­cheuse indé­pen­dante, la pré­ci­sion a un sens et l’exactitude est un com­bat. Son com­bat. Depuis 2012, sur le blog Allodoxia, Odile Fillod met en évi­dence les dis­tor­sions opé­rées lors de la vul­ga­ri­sa­tion des résul­tats de cer­taines recherches. Elle-​même est outillée pour le faire : diplô­mée de l’École cen­trale Paris, elle obtient un DEA de sciences cog­ni­tives puis se lance des années plus tard dans un tra­vail de thèse, res­té inache­vé, sur la « natu­ra­li­sa­tion des dif­fé­rences psy­chiques entre hommes et femmes par les sciences bio­mé­di­cales contem­po­raines ».

« J’ai une liber­té de parole qu’on ne peut pas avoir lorsqu’on tra­vaille pour une ins­ti­tu­tion : il arrive que des cher­cheurs se fassent taper sur les doigts s’ils tiennent un[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
HS11 penelope bagieu

Pénélope Bagieu : ses amies s'animent

Alors qu’une série d’animation issue de ses célèbres Culottées dé-barque en mars à la télé et sur le Web, la dessinatrice s’apprête à pu-blier une adaptation des Sacrées Sorcières, de Roald Dahl.