fbpx

Nice Nailantei Leng’ete, une rebelle contre l'excision

Haute comme trois pommes, elle a fugué pour échap­per à sa propre muti­la­tion. Et s’est dres­sée contre sa com­mu­nau­té kényane pour que ce rituel bar­bare sur les fillettes soit rem­pla­cé par un rite de pas­sage qu’elle a ini­tié. Aujourd’hui, elle veut por­ter son com­bat au-​delà des fron­tières.

HS11 nice nailantei leng ete 1
© Natalia Jidovanu pour Causette

Si la déter­mi­na­tion avait un visage, il pour­rait être celui de Nice Nailantei Leng’ete. Elle avait à peine 8 ans, en 1999, quand son grand-​père et ses oncles ont déci­dé qu’il était temps pour elle de « deve­nir une femme ». Dans le petit vil­lage où elle a gran­di, sur les plaines mas­saï du sud du Kenya, au pied du mont Kilimandjaro, cela signi­fiait, à l’époque, subir un rite de pas­sage obli­ga­toire : l’excision. Une muti­la­tion géni­tale qui consiste en l’ablation, par­tielle ou totale, du cli­to­ris et des petites lèvres. La jeune fille est alors prête, selon la tra­di­tion, à deve­nir une épouse, puis une mère. Nice et sa sœur aînée Soila sont orphe­lines, elles repré­sentent une charge pour la famille qui, lors de leur mariage, rece­vra une dot de plu­sieurs vaches. 

La pres­sion de la honte

« J’ai dû assis­ter à quelques céré­mo­nies, cen­sées me pré­pa­rer, raconte Nice. Lorsque les filles sont “cou­pées”, ­mal­gré la dou­leur, elles n’ont pas le droit de pleu­rer ou d’émettre le moindre son. Cela serait un signe de fai­blesse et désho­no­re­rait leurs parents. » Cette honte est l’une des rai­sons pour les­quelles la pres­sion sociale est forte sur celles qui se montrent réti­centes. « Dès l’enfance, on nous raconte que les femmes qui ne sont pas exci­sées mour­ront, n’auront pas d’enfants, ou que des insectes vien­dront infes­ter leur esto­mac », dit Nice. Mais, mal­gré son jeune âge, elle n’y croit pas. 

« À la mort de mes parents, on m’a sco­la­ri­sée dans un inter­nat, relate-​t-​elle. Là-​bas, il y avait des filles d’autres com­mu­nau­tés qui ne pra­tiquent pas l’excision. J’avais aus­si une ins­ti­tu­trice qui m’avait dit ne pas être “cou­pée”. Non seule­ment elle était en bonne san­té, mais c’était une femme bien, et je l’admirais. » Nice ne veut pas de la souf­france infli­gée par ce rituel, né des croyances tra­di­tion­nelles et du patriar­cat qui régit la socié­té mas­saï. Arrêter l’école et se marier n’est pas l’avenir qu’elle envi­sage dans ses rêves. Du haut de ses 8 ans, elle est déci­dée à poser un choix qui devien­dra son com­bat.

Première fuite

À l’aube, le jour de l’initiation, c’est sur­tout la peur qui la pousse à s’enfuir, avec sa sœur, pour évi­ter la céré­mo­nie. Pendant des heures, elles se cachent dans un arbre, en équi­libre instable sur une branche haute. « Quand on nous a trou­vées, nous avons été vio­lem­ment bat­tues,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
HS11 eve ensler 2

Eve Ensler : le mono­logue du par­don

La dramaturge poursuit son combat contre les violences faites aux femmes en publiant Pardon. Une lettre d’excuse qu’elle aurait voulu que son père, qui l’a abusée et battue, lui adresse.