fbpx

Les incroyables vies de Marie, Irène et Ève Curie

Dans un réjouis­sant ouvrage his­to­rique autant qu’intime, la femme de lettres et his­to­rienne Claudine Monteil retrace les vies de Marie, Irène et Ève Curie. Des femmes d’excellence qui n’eurent de cesse d’ouvrir la voie aux autres femmes bien au-​delà du seul champ scien­ti­fique.

9782702180396
Marie Curie et ses filles, de Claudine Monteil,
éd Calmann Levy. 2021, 348 pages.

Il y a dans Marie Curie et ses filles, publié en mai chez Calmann-​Lévy, la néces­si­té d’ancrer le des­tin de ces trois femmes dans notre mémoire col­lec­tive. Certes, l’épopée de la brillante émi­grée polo­naise qui rece­vra en 1903 le Prix Nobel de phy­sique avec son phy­si­cien de mari fran­çais, puis obtien­dra, seule, après le décès de Pierre Curie en 1911 le Prix Nobel de chi­mie, est bien connue. Mais l’aura de la cheffe de la famille Curie n’a‑t-elle pas, bien mal­gré elle, éclip­sé de l’Histoire les vies de ses deux filles, tout autant remar­quables et sin­gu­lières ? Celle d’Irène, elle-​même Prix Nobel de chi­mie avec son mari Frédéric Joliot, mais avant cela infir­mière sur le front de la Grande Guerre à 17 ans. Par la suite, infa­ti­gable fémi­niste, Irène sera l’une des trois pre­mières femmes appe­lées à inté­grer un gou­ver­ne­ment fran­çais, celui de Léon Blum en 1936. Éclipsée éga­le­ment la vie de sa sœur cadette, Ève, infir­mière durant la Seconde Guerre mon­diale, résis­tante et femme de lettres de talent. 

Claudine Monteil, elle-​même autrice, his­to­rienne et fémi­niste – elle est la plus jeune signa­taire du Manifeste des 343 en 1971 et a été proche de Simone de Beauvoir, sur laquelle elle a publié des ouvrages –, écrit ce livre dans le sou­ci de « réha­bi­li­ter » les filles Curie. Mais il ne s’agit pas d’un simple tra­vail d’historienne. La famille Monteil – père médaille Field et mère direc­trice de l’École nor­male supé­rieure de jeunes filles, où avaient ensei­gné Marie et Irène – a côtoyé la famille Joliot-​Curie dans ce micro­cosme scien­ti­fique où l’émulation intel­lec­tuelle se mélange à l’amitié. Lorsqu’Irène fai­blit sous l’effet des radia­tions, la mère de Claudine Monteil fait par­tie des proches qui l’accompagnent jusqu’à la fin de sa vie. Ce lien entre les deux familles explique le côté inti­miste de Marie Curie et ses filles. En voi­ci quelques points saillants, sélec­tion­nés de façon très sub­jec­tive, avant que vous ne plon­giez vous-​même dans l’ouvrage.

Une chance ines­ti­mable au XIXe siècle : être entou­rées d’hommes qui n’ont pas peur de l’intelligence des femmes

Marie Sklodowska nait à Varsovie en 1867, d’un père mathé­ma­ti­cien et d’une mère ins­ti­tu­trice. Lorsque cette der­nière suc­combe à la mala­die en 1878, le père pour­suit seul l’éducation de ses enfants et le fait de façon avant-​gardiste : pour lui, il est abso­lu­ment nor­mal que ses filles choi­sissent de faire des études, et de sur­croit, des études qui leur plaisent. Marie et sa sœur Bronia choi­sissent des études scien­ti­fiques à Paris, mal­gré les dif­fi­cul­tés finan­cières de la famille, grâce à la per­sé­vé­rance et à l’abnégation de Marie. Celle-​ci , dès le lycée ter­mi­né, part dans la cam­pagne polo­naise pen­dant trois ans pour deve­nir gou­ver­nante dans une famille de pay­sans et ain­si éco­no­mi­ser pour la vie pari­sienne. 
C’est jus­te­ment à Paris, alors qu’elle s’acharne sur ses études de chi­mie, que Marie ren­contre Pierre Curie, lui aus­si un per­son­nage ico­no­claste dans une époque où les femmes sont encore consi­dé­rées comme d’éternelles mineures. C’est un coup de foudre sen­ti­men­tal autant qu’intellectuel.
« Entre son père, Pierre Curie, mais aus­si le père de celui-​ci, qui vien­dra habi­ter avec Marie après la tra­gique mort de Pierre pour s’occuper d’Irène et d’Ève, Marie a eu beau­coup de chance, sou­ligne Claudine Monteil. Celle d’avoir un père qui lui a mon­tré le che­min de l’émancipation de sa condi­tion fémi­nine et celle d’être tom­bée amou­reuse d’un être d’exception qui, contrai­re­ment à de nom­breux autres scien­ti­fiques de son temps, ne s’est pas marié pour se trou­ver une femme qui pren­drait soin de la mai­son et élè­ve­rait ses enfants, loin de là. Pierre Curie a eu l’audace de per­ce­voir le génie de Marie et de la suivre en tra­vaillant avec elle lorsqu’elle s’est inté­res­sée à la radio­ac­ti­vi­té. C’est la même fusion intel­lec­tuelle que vivra par la suite Irène avec Frédéric Joliot. »

Anima sana in cor­pore sano

On ne sait pas trop com­ment elle a trou­vé le temps, entre deux recherches sur les débou­chés de la radio­lo­gie et du radium pour trai­ter cer­tains can­cers, mais Marie Curie met­tait un point d’honneur à suivre de très prêt l’éducation de ses filles… Auxquelles elle deman­dait, outre de bons résul­tats sco­laires, de s’exercer et de se dépen­ser jusqu’à plus soif dans le jar­din du pavillon de Sceaux où vit la famille. Gymnastique, inter­mi­nables balades à bicy­clette pour se connec­ter à la nature, nata­tion lors des vacances bre­tonnes… En ce début du XXe siècle, l’éducation spor­tive et hygié­niste de cette jeune mère seule (son bien-​aimé Pierre est décé­dé à la suite d’un acci­dent de voi­ture en 1906) détonne. Un siècle plus tard, jon­gler entre sco­la­ri­té et acti­vi­tés phy­siques d’extérieur est un nec plus ultra de l’éducation non gen­rée. « Mais Marie ne s’arrête pas là, s’amuse Claudine Monteil. Elle est aus­si à l’initiative d’une sorte d’école col­la­bo­ra­tive pour ses filles et les enfants de ses amis scien­ti­fiques, à la manière des pré­cep­teurs grecs. » Déscolarisés, une dizaine d’enfants vont et viennent chez les plus brillants esprits de l’entourage des Curie (Paul Langevin, qui est dévo­lu à l’enseignement des mathé­ma­tiques, Jean Perrin, char­gé de la chi­mie, etc.) et chez Marie elle-​même, qui leur enseigne la phy­sique, afin de béné­fi­cier de l’excellence de leurs savoirs. Épuisée, la petite bande de parents scien­ti­fiques jette l’éponge au bout de deux ans et ren­voie leurs reje­tons sur les bancs de l’école.

Aux Américaines, les Curie recon­nais­santes

Cet épi­sode de la vie de Marie Curie rend compte d’un superbe geste de soro­ri­té. Alors que les auto­ri­tés fran­çaises refusent de finan­cer l’achat d’un gramme de radium pour pour­suivre les recherches de Marie dans l’après-guerre, une jour­na­liste amé­ri­caine fait son appa­ri­tion dans la vie de l’austère scien­ti­fique. Fan de la pre­mière heure de cette dame qui a su se faire un nom dans les sciences dures jusqu’aux États-​Unis, Missy Meloney décroche, à force de per­sé­vé­rance, une inter­view de Marie Curie, qui déteste être mise en avant. Très vite, elle se rend compte que l’éminente Prix Nobel est stop­pée dans ses tra­vaux faute de ce gramme de radium, qui coûte rien moins que 100 000 dol­lars, une for­tune. Convaincue de la force de frappe du maga­zine fémi­nin dans lequel elle tra­vaille, le Delineator, Missy a la folle idée de lan­cer une cam­pagne d’appel à sous­crip­tion aux lec­trices pour le Marie Curie Radium Fund. Du crowd­fun­ding avant l’heure, et c’est un suc­cès ! Des dizaines de mil­liers d’Américaines versent un ou deux dol­lars, émer­veillées par cette cher­cheuse qui pro­met un hori­zon com­mun dans lequel on sau­rait com­ment trai­ter les can­cers. « Ces femmes qui par­ti­cipent à cette cam­pagne sont les des­cen­dantes des pion­nières, note Claudine Monteil. Elles ont la men­ta­li­té de celles qui se font par elles-​mêmes et n’attendent rien de l’État, c’est ce qui explique le suc­cès de cette ini­tia­tive pri­vée pour la science. » La contre­par­tie de ce vaste élan de soli­da­ri­té, c’est un voyage aux États-​Unis pour venir y cher­cher le pré­cieux gramme de radium des mains du pré­sident him­self. Marie Curie l’entreprendra avec ses filles en 1921, et par­tout, elles seront atten­dues et accla­mées triom­pha­le­ment… Sauf à Harvard, encore fer­mé aux femmes. 

Trouver sa place en résis­tante

« Difficile d’être la fille d’une si brillante scien­ti­fique et la sœur d’une jeune fille qui prend le même che­min que sa mère quand vous-​même vous n’avez pas d’appétence par­ti­cu­lière pour la science”, observe Claudine Monteil. Ève Curie, c’est l’enfant aimée mais incom­prise, qui pré­fère les mon­da­ni­tés, la lit­té­ra­ture et le pia­no à la sobrié­té d’une paillasse de labo­ra­toire. « Ève n’a pas de sou­ve­nir de son père, pour­suit l’autrice. Elle est écra­sée par ces deux figures tuté­laires que sont Irène et Marie et n’a pas un don assez excep­tion­nel pour deve­nir une célèbre pia­niste. Durant la pre­mière par­tie de sa vie, elle est donc dans la souf­france en per­ma­nence. »
Paradoxalement, il fau­dra attendre le décès de sa mère pour qu’elle trouve sa voie dans l’écriture : alors qu’elle a déjà mis un pied dans le jour­na­lisme, une mai­son d’édition amé­ri­caine (déci­dé­ment, les Américain·es sont bien plus reconnaissant·es avec Marie Curie que les Français·es) lui pro­pose de s’atteler à une bio­gra­phie de sa mère. Le livre est un suc­cès et obtient en 1937 le pres­ti­gieux National Book Award for non­fic­tion. Ève est féli­ci­tée par Léon Blum et Colette mais est sur­tout lan­cée dans la vie. Et quelle vie ! Recrutée par le Quai d’Orsay au com­mis­sa­riat géné­ral pour l’Information à l’été 1939, cette céli­ba­taire libre comme le vent rejoint le Général de Gaulle à Londres le jour même de l’Appel du 18 juin 1940. Pour de Gaulle, la célé­bri­té du nom d’Ève est une aubaine, il faut la mettre en avant : il n’hésite pas à lui faire rejoindre un camp d’entraînement en Angleterre où la jeune femme s’exerce à « conduire des camions, apprendre des opé­ra­tions de camou­flage, les trans­mis­sions radio, à deve­nir agent du ren­sei­gne­ment », détaille Claudine Monteil… Et sort major de son entraî­ne­ment des offi­ciers de liai­son ! En juin 1944, tan­dis que son beau-​frère, Frédéric Joliot, peau­fine le cock­tail explo­sif dit “Joliot-​Curie” qui ser­vi­ra au sou­lè­ve­ment des poli­ciers de la pré­fec­ture de police de Paris en août 1944, Ève est envoyée sur le front de la libé­ra­tion de l’Italie. Elle se blesse dans un acci­dent de Jeep et est envoyée dans un hôpi­tal de Rome, tout juste libé­ré. Ève par­ti­ci­pe­ra ensuite acti­ve­ment au débar­que­ment de Provence et rece­vra pour l’ensemble de son ser­vice la Croix de guerre dès 1944.

Des vies sacri­fiées pour la science

Avec leurs recherches sur les pro­prié­tés médi­cales du radium, Marie et Irène Curie ont lais­sé un immense héri­tage à l’humanité. Une iro­nie quand on sait qu’elles s’éteindront res­pec­ti­ve­ment à 66 et 58 ans des suites de l’effet de la radio­ac­ti­vi­té sur leur san­té. Passionnées, elles n’ont pas vou­lu voir le carac­tère délé­tère de leurs mani­pu­la­tions sur leur propre corps, ou ont pré­fé­ré en mini­mi­ser les risques pour conti­nuer à tra­vailler. 
Marie est le genre de per­son­nages fémi­nistes sans l’avoir théo­ri­sé ni reven­di­qué, juste en ayant vécu sa vie comme elle l’entendait et par là même ouvert à d’autres femmes cette pos­si­bi­li­té. Irène, elle, est déter­mi­née. Devenue sous-​secrétaire d’État à la recherche scien­ti­fique en 1936 alors que les femmes n’ont pas encore le droit de vote, Irène Joliot-​Curie accepte ce poste qui lui per­met de pro­mou­voir la place des femmes en poli­tique. Elle n’y reste que trois mois, le temps de faire aug­men­ter les salaires et les bourses des chercheur·euses et d’aligner le sta­tut des nor­ma­liennes de Sèvres sur celui des nor­ma­liens de la rue d’Ulm ! Vous l’aurez com­pris, nous sommes là face à une fémi­niste cette fois reven­di­quée, membre de l’Union des femmes fran­çaises. Recalée à l’entrée de l’Académie des sciences en 1951, elle s’obstinera avec panache à y pos­tu­ler à chaque occa­sion pour mieux dénon­cer l’exclusion des femmes de ce haut lieu des sciences… Situation qui pren­dra fin après son décès, en 1962, avec l’introduction de Marguerite Perey, avec qui Irène avait col­la­bo­ré. Quant à Eve, « elle n’aura de cesse que de faire vivre la mémoire de ses chères dis­pa­rues », dit Claudine Monteil, avant de mou­rir en 2007, à 102 ans. Fort à parier qu’elle aurait appré­cié ce livre, qui regorge d’anecdotes sur ces trois femmes et met leurs vies en pers­pec­tive dans un XXe siècle où les décou­vertes scien­ti­fiques soignent autant qu’elles tuent en masse.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés