fbpx

Casey, entre rap-​rock et spec­tacle féministe

110 casey paloma pineda pour causette
Casey. © Paloma Pineda pour Causette

Sa plume est sombre et sa verve, poli­tique. Jamais là où on l’attend, la rap­peuse Casey revient avec Ausgang, un nou­veau pro­jet de fusion rap-​rock, tout en étant à l’affiche de Viril, un spec­tacle fémi­niste où elle par­tage la scène avec Virginie Despentes et Béatrice Dalle. D’un uni­vers à l’autre, mais tou­jours avec la même révolte.

Il fau­dra un peu de temps pour qu’on par­vienne à sai­sir vrai­ment son regard. Pour qu’elle sorte de sa réserve et se révèle, contre toute attente, plu­tôt bavarde. On ne se refait pas : Casey a beau gre­nouiller dans le rap depuis bien­tôt trente ans, maî­tri­ser la scène et s’être prê­tée plus d’une fois au jeu de l’interview, elle reste une grande timide. Une pudique, qui ne res­sent pas le besoin d’être « vali­dée » par l’exposition média­tique. « Ma tête en gros sur une affiche dans le métro, ça n’a jamais été mon rêve ultime », lâche-​t-​elle. Pas même quand elle s’est mise à écrire ses pre­miers textes, à l’âge de 13 ans, après que son cou­sin lui a fait décou­vrir le rap fran­çais avec Deenastyle, l’émission culte de Lionel D et Dee Nasty, sur Radio Nova. « Une acti­vi­té pour trom­per l’ennui, comme j’aurais pu jeter une balle contre un mur », se sou­vient Casey, 44 ans, de son vrai nom Cathy Palenne. Fille d’une infir­mière, « pro­duit d’une mère exem­plaire et d’un père absent » – comme elle l’écrira bien plus tard dans Rêves illi­mi­tés –, cette ado soli­taire ne le sait pas encore, mais ce qui n’est au départ qu’un passe-​temps lui ouvri­ra des hori­zons insoupçonnés. 

« Sans m’en rendre compte, j’ai trou­vé dans le rap un truc où j’avais enfin ma place, et où, pour une fois, j’allais au bout de quelque chose. Moi qui suis timide, ça m’a fait ren­con­trer des gens, ça m’a fait bou­ger, lire, pen­ser, m’intéresser à l’écriture… Plein de choses qui ne se sont pas pas­sées avec l’école. Et ça m’a fait prendre conscience que j’avais le droit d’être là, d’exister », retrace-​t-​elle entre deux gor­gées de thé. Premières scènes ouvertes, pre­miers mor­ceaux, pre­mière mix­tape… Casey, dont le pseu­do fait réfé­rence à un per­son­nage de la série télé Les Têtes brû­lées – « un mec siphon­né avec un pré­nom uni­sexe » –, se fait vite remar­quer. Au milieu des années 1990, NTM lui pro­pose même une col­la­bo­ra­tion. Qu’elle refuse, par peur d’y lais­ser des plumes. Comme elle décli­ne­ra la pro­po­si­tion qui lui a été faite, à l’époque, de rejoindre une major. « On te met de la poudre aux yeux : la moquette est épaisse, le Coca est frais, les gens sont gen­tils. Mais tu sais qu’il y a un moment où tu vas devoir signer un papier qui t’enlèvera le contrôle sur ce que tu fais. Les mai­sons de disques, ce sont des rou­leaux com­pres­seurs. Et moi, j’y connais rien. J’ai même pas le bac ! » dit-​elle en[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
portrait of harriet tubman 1820 1913 american abolitionist by benjamin f. Powelson Auburn New York USA 1868

Harriet Tubman, l'enchaînée déchaînée

Née esclave aux environs de 1820 dans le Maryland, Harriet Tubman va se défaire de ses chaînes en s’enfuyant vers le nord des États-Unis. Elle rejoint l’Underground Railroad pour aider des esclaves noirs à passer du Sud vers le Nord, et en libère à...

HS11 marie laguerre

Marie Laguerre : mar­cher en paix

À l’été 2018, en postant sur Facebook la vidéo de son agression par un inconnu dans la rue, cette étudiante en architecture de 23 ans est devenue l’un des visages de l’ère #MeToo.