Jules and Augusta Dejerine
Le professeur Jules Déjerine et son épouse, Augusta Klumpke, en 1910, examinant des coupes de cerveau au laboratoire de la Salpêtrière, à Paris. © Wikipédia

Augusta Déjerine-​Klumpke, la première interne des hôpitaux de Paris

Augusta Déjerine-​Klumpke, l’une des plus grandes neurologues françaises, fut la première femme nommée à l’externat puis à l’internat des hôpitaux de Paris. La première, également, à devenir membre puis présidente de la Société de neurologie de Paris. Et comme bien souvent, il se pourrait bien qu’elle ait écrit elle-​même les ouvrages publiés sous le nom de son mari. 

San Francisco, milieu du XIXe siècle, en pleine ruée vers l’or. Les parents d’Augusta Klumpke, John Gerald Klumpke et Dorothea Mathilda Tolle, sont des immigrés allemands. Un temps cordonnier, le père, qui a des ambitions, se lance rapidement dans l’immobilier et fait fortune. Les Klumpke ont sept enfants dont l’un meurt à l’âge de 1 an, quand, un beau jour, John Gerald tombe amoureux d’une certaine Bernardina. Dorothea Mathilda le quitte, obtient le divorce, la garde des enfants, la moitié de sa fortune. Et part en Europe avec ses six enfants et beaucoup de courage.

Après un séjour de quelques années en[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
hs9 hildegarde de bingen k.bolstad

Hildegarde de Bingen, l’herboriste illuminée

Au XIIe siècle, Dieu lui révélait ses secrets sur la nature et ses pouvoirs. Un trésor qu’elle a partagé pour guérir ou préconiser une hygiène de vie qu’aujourd’hui encore on reconnaît comme juste et saine.

sylviarivera r2fr9

Sylvia Rivera, la Rosa Parks des trans

Quand la communauté queer, gay et lesbienne de New York s’est soulevée et a lancé ce qui est devenu le mouvement « Pride », Sylvia Rivera a lutté pour y inclure les droits des minorités parmi la minorité : les trans, mais aussi les sans-abri et les...