capture decran 2020 05 04 a 14.28.34
Un épisode de Virago dans laquelle Aude GG présente Christine de Pisan, première femme à vivre de sa plume (XIVe siècle). © Capture d'écran YouTube

Aude GG : « Il est important de continuer à rétablir la vérité sur ces femmes »

Si vous ne connaissez pas sa série sur YouTube, Virago, vous allez avoir la chance d’y découvrir vingt-​six portraits de femmes, coécrits et interprétés par Aude Gogny-​Goubert. Aude GG, ainsi qu’elle est surnommée, comédienne et metteuse en scène, a créé en 2017 cette web-​série dans laquelle elle incarnait ces femmes qui ont marqué l’Histoire et qui, pourtant, en ont été bannies. Elle a enchaîné avec une nouvelle série, puis avec un livre pour, encore et toujours, faire redécouvrir des femmes oubliées. Comme nous partageons la même passion, nous avons eu envie d’une petite causette avec elle. Entre archéologues du féminisme ! 

Causette : Comment est né Virago ? 
Aude GG : Tout d’abord, à cause du syndrome de la Schtroumpfette ! À mes débuts dans des collectifs d’humour [Golden Moustache, Very Bad Blagues, Palmashow, ndlr], sur les plateaux de tournage, j’étais souvent LA fille, toute seule au milieu d’une troupe quasi exclusivement composée de mecs. Auteurs, producteurs, réalisateurs… pratiquement que des hommes. 
À l’époque du démarrage de YouTube, j’étais fréquemment interviewée pour dire aux jeunes femmes de se lancer. Alors que, moi-​même, j’étais tributaire d’émissions et de chaînes créées par des hommes. Il fallait que je monte mon projet, ma chaîne. Dont je serais leader. Et quitte à lancer une chaîne, je devais aller jusqu’au bout de ma démarche féministe : je devais y mettre les femmes à l’honneur. C’est comme ça qu’est née Virago, un média qui ferait la part belle, enfin, à toutes ces femmes, courageuses, exceptionnelles. 

Virago, ça sonne comme une insulte un peu surannée, mais tout de même une insulte. Provocation ? 
Aude GG : Oui et non ! Virago, c’est devenu une insulte, ça ne l’était pas au départ. Avec mon coauteur, Adrien Rebaudo, on s’y est intéressé quand on a cherché un nom pour notre chaîne. Ce mot fait partie de tous ceux qui ont été détournés au XIXe siècle, pour leur donner un sens misogyne. Ce siècle a fait beaucoup de mal aux femmes, spécialement dans sa corruption de la langue en faveur du patriarcat. Il est essentiel de se la réapproprier. Le mot « virago » a été défini au Ier siècle avant notre ère par[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
HS11 eve ensler 2

Eve Ensler : le monologue du pardon

La dramaturge poursuit son combat contre les violences faites aux femmes en publiant Pardon. Une lettre d’excuse qu’elle aurait voulu que son père, qui l’a abusée et battue, lui adresse.

HS11 penelope bagieu

Pénélope Bagieu : ses amies s’animent

Alors qu’une série d’animation issue de ses célèbres Culottées dé-barque en mars à la télé et sur le Web, la dessinatrice s’apprête à pu-blier une adaptation des Sacrées Sorcières, de Roald Dahl.