fbpx
Advertisement
alaa salah
© Martin Roux

Alaa Salah : « En tant que jeunes soudanais·es, la révolution est devenue notre vie »

Le 11 avril 2019, après plus de quatre mois de manifestations violemment réprimées, le régime du dictateur soudanais Omar el-​Béchir tombe sous la pression du peuple. Au milieu de la violence émerge la silhouette d’une jeune femme que la menace des balles ne saura faire taire : Alaa Salah. Dans Le chant de la révolte, co-​écrit avec le journaliste Martin Roux, elle raconte cet épisode décisif dans l’histoire de son pays. Rencontre avec celle qui, à tout juste 25 ans, est devenue le symbole de la révolution soudanaise.

Depuis la chute du régime d’Omar el-​Béchir le 11 avril 2019, comment se passe la transition ?
A. S. : Cette période transitoire ne répond pas forcément à nos aspirations, mais cela reste une transition. Nous savons qu’il reste beaucoup d’obstacles, des défis économiques, sociaux et en matière de santé également. Notre pays a vécu dans la corruption pendant trente ans, nous en voyons toujours aujourd’hui les résultats. Les choses ne peuvent pas changer du jour au lendemain. Notre façon de revendiquer nos droits a changé, et la façon dont elle est reçue aussi. Pendant la révolution, nous utilisions les manifestations, les cortèges, les sit-​in qui étaient sévèrement réprimés. Aujourd’hui, avec ce gouvernement de transition, il y a toujours des sit-​in, mais ils ne sont plus réprimés. 

Quel est votre état d’esprit aujourd’hui ?
A. S. : Au début, nous avions beaucoup d’espoir, beaucoup d’optimisme, c’est ce qui nous a permis de mener cette révolution. Mais il y a eu des moments très difficiles. Le premier jour du grand sit-​in à al Qiayadah, [à Khartoum le 6 avril 2019,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
99 Miriam Simos 1 © F.Denny

Starhawk, Mère nature

Sorcière des sorcières, la pythie militante, pionnière de l’écoféminisme, cultive son jardin californien et maudit la présidence Trump en lui jetant des sorts.

beatephoto13 beate at american japanese festival in 1938

Beate Sirota Gordon, l’Olympe de Gouges du Pacifique

Cette Austro-Américaine fut, en 1946, la seule femme choisie par le général MacArthur pour poser les bases de la nouvelle Constitution japonaise. Elle y a rédigé la section consacrée aux droits des femmes… Elle n’avait alors que 22 ans.