fbpx
alaa salah
© Martin Roux

Alaa Salah : « En tant que jeunes soudanais·es, la révo­lu­tion est deve­nue notre vie »

Le 11 avril 2019, après plus de quatre mois de mani­fes­ta­tions vio­lem­ment répri­mées, le régime du dic­ta­teur sou­da­nais Omar el-​Béchir tombe sous la pres­sion du peuple. Au milieu de la vio­lence émerge la sil­houette d'une jeune femme que la menace des balles ne sau­ra faire taire : Alaa Salah. Dans Le chant de la révolte, co-​écrit avec le jour­na­liste Martin Roux, elle raconte cet épi­sode déci­sif dans l'histoire de son pays. Rencontre avec celle qui, à tout juste 25 ans, est deve­nue le sym­bole de la révo­lu­tion sou­da­naise.

Depuis la chute du régime d’Omar el-​Béchir le 11 avril 2019, com­ment se passe la tran­si­tion ?
A. S. : Cette période tran­si­toire ne répond pas for­cé­ment à nos aspi­ra­tions, mais cela reste une tran­si­tion. Nous savons qu’il reste beau­coup d’obstacles, des défis éco­no­miques, sociaux et en matière de san­té éga­le­ment. Notre pays a vécu dans la cor­rup­tion pen­dant trente ans, nous en voyons tou­jours aujourd'hui les résul­tats. Les choses ne peuvent pas chan­ger du jour au len­de­main. Notre façon de reven­di­quer nos droits a chan­gé, et la façon dont elle est reçue aus­si. Pendant la révo­lu­tion, nous uti­li­sions les mani­fes­ta­tions, les cor­tèges, les sit-​in qui étaient sévè­re­ment répri­més. Aujourd’hui, avec ce gou­ver­ne­ment de tran­si­tion, il y a tou­jours des sit-​in, mais ils ne sont plus répri­més. 

Quel est votre état d’esprit aujourd’hui ?
A. S. : Au début, nous avions beau­coup d’espoir, beau­coup d’optimisme, c’est ce qui nous a per­mis de mener cette révo­lu­tion. Mais il y a eu des moments très dif­fi­ciles. Le pre­mier jour du grand sit-​in à al Qiayadah, [à Khartoum le 6 avril 2019,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
HS11 eve ensler 2

Eve Ensler : le mono­logue du par­don

La dramaturge poursuit son combat contre les violences faites aux femmes en publiant Pardon. Une lettre d’excuse qu’elle aurait voulu que son père, qui l’a abusée et battue, lui adresse.

HS10 Jameela Jamil © Capture ecran twitter

Jameela Jamil, l'infiltrée du glam

L’actrice britannique de la série The Good Place lutte farouchement contre l’hypocrisie du star-system en dénonçant les photos d'elle retouchées sans son accord.