fbpx

Virilité : un steak, une pipe et au lit

Consommer les ani­maux et les femmes procéderait-​il d’une même pul­sion virile de domi­na­tion ? Cette inter­ro­ga­tion nour­rit la réflexion de cher­cheuses et de mili­tantes sur la voie de la conver­gence des luttes fémi­nistes et antispécistes.

LLA1528 copie
© Laura Lafon pour Causette

C’est une conser­ve­rie bre­tonne qui a le bon goût d’appeler son pro­duit le Pâté d’Cochonne, assor­ti du des­sin d’une truie en maillot de bain. Ou une bou­che­rie du Val‑d’Oise dont l’affiche en 4 × 3 montre une femme en sous-​vêtements, une pièce de viande sur l’épaule, sur­mon­tée du slo­gan : « retrou­vez les meilleurs plans crus près de chez vous ! ». Ou encore cette jour­née spé­ciale, le 14 mars, qui ravit la presse mas­cu­line anglo-​saxonne : lan­cée semble-​t-​il par un DJ amé­ri­cain, popu­la­ri­sée grâce au Web, la Steak and blow job day (« jour­née du steak et de la fel­la­tion ») invite les femmes à gra­ti­fier leur par­te­naire d’une gâte­rie sexuelle et d’une savou­reuse pièce de viande.

Consommer les femmes et les ani­maux pro­cé­de­rait d’une même pul­sion, virile, car­nas­sière. Militante et cher­cheuse indé­pen­dante, coau­trice de Solidarité ani­male.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés