fbpx
causette
Photo d'illustration © Hervé Bossy

Violences sexistes et sexuelles : le dif­fi­cile appren­tis­sage des filles dans les filières « mas­cu­lines »

Dans la méca­nique, l’électronique ou les métiers du bois, où elles sont sous-​représentées, les femmes sont encore rare­ment les bien­ve­nues. Pour preuve, la viru­lence du sexisme dont elles sont vic­times, et ce, dès leur entrée en appren­tis­sage.

Trois mois, cent CV envoyés et des appels en pagaille pour seule­ment trois entre­tiens. Tiphaine, 17 ans, a dû batailler pour trou­ver un employeur qui la prenne comme appren­tie pour son bac pro méca­nique. De nom­breux méca­ni­ciens ont tout sim­ple­ment refu­sé sa can­di­da­ture en rai­son de son genre. « Dès qu’ils voient le pré­nom d’une fille, ils prennent peur », raconte-​t-​elle. « C’est pour toi que tu cherches une alter­nance, pas pour ton frère, t’es sûre ? » s’est-elle vu rétor­quer par un employeur poten­tiel.

Comme la méca­nique, de nom­breux métiers à pré­do­mi­nance mas­cu­line sont acces­sibles par une for­ma­tion en appren­tis­sage, prin­ci­pa­le­ment des bac­ca­lau­réats pro­fes­sion­nels ou des CAP en alter­nance : quelques semaines en immer­sion dans une entre­prise et quelques semaines à l’école. Sans entre­prise d’accueil, pas d’apprentissage et donc pas de for­ma­tion. D’après le rap­port du Conseil supé­rieur de l’égalité pro­fes­sion­nelle remis à Marlène Schiappa en février 2018, les femmes ne repré­sentent qu’un tiers des apprenti·es. Le minis­tère de l’Égalité femmes-​hommes notait, en 2016, que dans les filières pro­fes­sion­nelles elles étaient en très faible pro­por­tion dans les métiers du bois (6 %), la méca­nique, l’électricité ou l’électronique (2 %) et le bâti­ment (1 %), mais sur­re­pré­sen­tées dans les métiers du tex­tile (90 %). Les femmes sont-​elles si nom­breuses à détes­ter la méca­nique ?

Nadine et Big Bob
Nadine et son outil pré­fé­ré, une grosse clé qu’elle a appe­lé « Big Bob »
et qui est pour elle le sym­bole que les femmes peuvent tout faire
en méca­nique, car cette clé lui per­met de réa­li­ser toutes les mani­pu­la­tions,
y com­pris celles où il faut beau­coup de force. © Oriane Mollaret
Quatre ans pour trou­ver un[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés