fbpx
thumbnail IMG 5438
Au tribunal de Paris © A.C.

Viol : une avo­cate obtient un ren­voi pour cause d'incompétence du tri­bu­nal correctionnel

Accusant un homme de l'avoir vio­lée pen­dant son som­meil, Fanny a eu la mau­vaise sur­prise de voir son affaire envoyée devant un tri­bu­nal cor­rec­tion­nel sans avoir pu consul­ter un·e avocat·e. Une situa­tion qui va à l'encontre de la loi, comme le rap­pelle Me Dupuy-​Busson, qui a récem­ment obte­nu un ren­voi pour que l'affaire soit jugée aux Assises.

Un soir de mars 2018, Fanny*, 22 ans, sort avec des ami·es dans Paris. Lors d'un ver­nis­sage, le petit groupe sym­pa­thise avec Quentin*, l'artiste qui expose ce soir-​là. La soi­rée se pour­suit en dis­co­thèque et, au petit matin, Quentin pro­pose un after chez lui. Fanny, sa meilleure amie et le copain de cette der­nière acceptent de le suivre. Quentin leur pré­pare à dîner et l’on dis­cute de tout et de rien. Après le repas, le couple d’amis de Fanny s’enlace sur le cana­pé du salon. Fanny sou­haite ren­trer chez elle se cou­cher : elle enfile son man­teau et, en atten­dant que ses amis puissent la rac­com­pa­gner tout en leur lais­sant un peu d’intimité, elle quitte le salon et se retrouve dans la seule autre pièce de l’appartement : la chambre de son hôte. Epuisée, elle tombe lit­té­ra­le­ment de som­meil au moment où elle s’assoit au pied du lit.

Stupeur à son réveil : il est 13h et elle réa­lise que Quentin l’a rejointe dans la chambre. Profitant de son bru­tal endor­mis­se­ment, il s'est glis­sé dans le lit et l’a ins­tal­lée sous la couette. Lorsqu’elle ouvre les yeux, elle porte tou­jours son man­teau, mais sa jupe a été rele­vée sur ses hanches, ses col­lants et sa culotte ont été jetés à l’autre bout de la chambre. Quentin est allon­gé nu à côté d’elle, la main sur son sexe. Prise de panique, elle[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés