fbpx
Photo NVB 2
Najat Vallaud-Belkacem © DR

Najat Vallaud-​Belkacem : « Les inéga­li­tés de genre amputent le PIB mon­dial de 15%»

Pour notre hors-​série Femmes et argent, le chan­ge­ment c'est main­te­nant !, en kiosque aujourd'hui même, nous avons inter­ro­gé Najat Vallaud-​Belkacem sur la ques­tion, cru­ciale, de la pré­ca­ri­té des femmes. L'ancienne ministre des Droits des Femmes et direc­trice géné­rale de l'ONG ONE1 n'a pas mâché ses mots. Voici son inter­view en intégralité. 

Causette : Les femmes sont davan­tage tou­chées par la pau­vre­té et la pré­ca­ri­té. À cela plu­sieurs causes et par­mi elles, des salaires plus faibles au niveau mon­dial ? 
Najat Vallaud-​Belkacem : C’est clair. Dans les pays en déve­lop­pe­ment, la plu­part des femmes effec­tuent des tra­vaux non rému­né­rés tout au long de leur vie. Et quand elles tra­vaillent, elles sont le plus sou­vent can­ton­nées dans les sec­teurs infor­mels et mal rému­né­rés. Elles sont très nom­breuses à tra­vailler la terre et, pour­tant, elles ne pos­sèdent que 3% des ter­rains agri­coles. De manière géné­rale, les dif­fi­cul­tés et les injus­tices dont sont vic­times les filles et les femmes sont exa­cer­bées dans ces pays, et ce, à tous les niveaux : aban­don de l’école avant 10 ans, mariages for­cés, vio­lences conju­gales, absence de droit à l’héritage, décès lors de l’accouchement, dif­fi­cul­tés d’accès aux ser­vices finan­ciers… Les obs­tacles struc­tu­rels, sociaux, éco­no­miques et poli­tiques sont nom­breux et hélas géné­ra­le­ment cumu­la­tifs.
Mais même dans un pays comme le nôtre, les dif­fé­rences sexuées de reve­nu et de taux d’activité existent. Sans reve­nir sur les dif­fé­rences moyennes de salaires entre femmes et hommes, dont on a com­pris désor­mais qu’elles s’expliquaient par l’absence de véri­table mixi­té des métiers (les femmes étant plus pré­sentes dans les métiers les moins bien payés) autant que par les dif­fé­rences de dérou­le­ment de car­rière (inter­rup­tions de car­rière liées à l’arrivée des enfants…) et les pla­fonds de verre per­sis­tants, je suis tou­jours frap­pée par ce qu’il se passe quand un ter­ri­toire se pau­pé­rise au moment d’une crise éco­no­mique de grande ampleur. Généralement, ce sont les[…]

  1. ONE est un mou­ve­ment mon­dial qui fait cam­pagne pour en finir avec l’extrême pau­vre­té et les mala­dies évi­tables d’ici 2030.[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés