squezzie
© Capture écran Instagram / @xsqueezie

Lettre ouverte à Squeezie : “Tu as les moyens finan­ciers et humains de sor­tir de ce cercle infi­ni d’entre-soi mas­cu­lin sur YouTube”

À la suite d’un énième épi­sode de har­cè­le­ment sexiste en ligne de la part de cer­tains membres de la com­mu­nau­té de Squeezie, les fémi­nistes Fatima Benomar, Andrea Bescond, Camille Giry, Olivia Moore et Muka demandent au pre­mier you­tu­beur de France de prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés et d’inviter plus de femmes dans ses vidéos.

LETTRE OUVERTE

Let’s go Squeezie : let’s step up contre le sexisme !

Cher Lucas. Nous sommes des vie­wers régulièr·es de tes vidéos et de tes lives, et nous appré­cions ton conte­nu qui nous a sou­vent diverti·es ou ému·es. Nous savons aus­si que tu as déjà sen­si­bi­li­sé ta com­mu­nau­té contre le sexisme et mis en avant quelques créa­trices de conte­nu dans tes concepts. Bon, sur ce der­nier point, nous espé­rons que ce n’était pas en soi un effort ! Suite aux cybe­rhar­cè­le­ments féroces qu’ont subis Audrey et Manon Lanza, l’année der­nière, tu avais publi­que­ment condam­né les com­por­te­ments d’une par­tie de ta com­mu­nau­té et tu leur avais pro­je­té, en plein live Twitch, un aper­çu des insultes que Manon avait reçues en masse.

Il y a quelques jours, tu as pos­té un reel qui tease les vidéos à venir de ta chaîne YouTube en pause depuis plu­sieurs mois… avec zéro guests fémi­nines ! On s’est senti·es à la fois très enthou­siastes et déçu·es. “Sinon les femmes existent aus­si, le 100% boys­band”… Ces sept mots pos­tés par Fatima Benomar lui ont valu, pen­dant plu­sieurs jours, des cen­taines de mes­sages de haine (non modé­rés) en com­men­taires sur ton post et dans ses DM. D’autres membres de ta com­mu­nau­té, majo­ri­tai­re­ment des femmes, ont osé expri­mer ce même res­sen­ti et ont subi le même trai­te­ment, mora­le­ment très éprou­vant. Amélie Deloche a annon­cé sur Linkedin avoir pré­fé­ré sup­pri­mer son com­men­taire sur ton reel pour échap­per au cybe­rhar­cè­le­ment. La twit­tos Amélie, autrice d’un docu­ment de recom­man­da­tions sur le sujet, a fait la même remarque et subi éga­le­ment un raid de cybe­rhar­cè­le­ment. Bref, par­tout où des per­sonnes ont sou­hai­té expri­mer cette opi­nion sur Internet, elles ont été aus­si­tôt sanc­tion­nées par la haine en ligne.

Malgré ce déchaî­ne­ment épou­van­table, nous refu­sons d’intérioriser un sen­ti­ment de culpa­bi­li­té. Nous n’avons pas à nous excu­ser d’avoir expri­mé un avis. Nos mes­sages sont polis et res­pec­tueux, au pire un peu taquins, quand ceux qui pré­tendent te défendre sont très majo­ri­tai­re­ment vio­lents, insul­tants, vul­gaires et ouver­te­ment misogynes. 

Lors de ton der­nier coup de gueule public contre le sexisme, tu as annon­cé vou­loir “step up [à la 46e seconde, ndlr] pour mieux sen­si­bi­li­ser les nom­breux cybe­rhar­ce­leurs qui mènent la vie dure aux femmes sur Internet. Nous pen­sons, en effet, que tu as les moyens finan­ciers et humains de pas­ser à l’étape sui­vante, du posi­tion­ne­ment à l’exécution d’une stra­té­gie d’inclusion, en confiant aux équipes qui gèrent ta stra­té­gie édi­to­riale la mis­sion d’identifier des leviers pour sor­tir de ce cercle infi­ni d’entre-soi mas­cu­lin sur YouTube. 

Ton équipe peut faire des recherches ambi­tieuses de per­son­na­li­tés fémi­nines sus­cep­tibles d’apparaître dans tes conte­nus. Le tra­vail est pré­mâ­ché. Les Internettes ont recen­sé pen­dant huit ans toutes les chaînes YouTube de femmes. Tes concepts comme “L’imposteur” incluent aus­si d’autres pro­fils de guests. Ainsi, tes invi­tées peuvent être des stand-​uppeuses, des rap­peuses, des spor­tives, etc. Il y a 51 % de femmes et 49 % d’hommes sur YouTube (Data Reportal 2024 France qui a com­pi­lé les don­nées de Google pour son étude annuelle), et si on ajoute les autres réseaux sociaux, notam­ment Instagram et TikTok, on se retrouve avec près de 70 % de femmes influenceuses !

Hélas, les you­tu­beurs mas­cu­lins sont bien plus mis en avant par la pla­te­forme, notam­ment via les vidéos feat&fun, comme le docu­mente la you­tu­beuse Lepeint dans sa vidéo. Sur 941 vidéos, Amixem n’a que 4 vidéos à son comp­teur avec des femmes invi­tées ! Voici les pour­cen­tages de feats fémi­nines sur les vidéos des you­tu­beurs les plus sui­vis en 2023 : Amixem 0 %, Inoxtag 3 %, Mastu 7 %, Joyca 13 %, Michou et toi 20 %. Tu es donc bien clas­sé (tel­le­ment le score des autres est hon­teux), mais es-​tu vrai­ment le genre à te conten­ter d’une telle note ?

En tant que pre­mier you­tu­beur de France conscient de ta res­pon­sa­bi­li­té et de ton impact sur les repré­sen­ta­tions, nous te pen­sons capable de contri­buer à ne plus enfer­mer tes vie­wers dans cette boucle infi­nie de mise en avant très majo­ri­tai­re­ment mas­cu­line. Nous savons que faire des feats avec des femmes peut les expo­ser aux cyber­vio­lences, mais nous pen­sons que des solu­tions existent pour pré­ve­nir ces phé­no­mènes, et qu’il n’y a pas de fatalité !

Notre demande est d’intérêt géné­ral, car mon­trer un monde 80 % mas­cu­lin dans des for­mats de diver­tis­se­ment vus par des mil­lions de jeunes ne fait que ren­for­cer les sté­réo­types selon les­quels les mecs, c’est déci­dé­ment plus cool et plus drôle que les meufs. C’est ce qu’une grande par­tie de ta com­mu­nau­té nous a répon­du avec viru­lence et déni­gre­ment à tra­vers des cen­taines de com­men­taires, “Les femmes, vous n’êtes pas drôles, c’est pour ça que Lucas invite sur­tout des hommes !”… Pourtant, en regar­dant une de tes vieilles vidéos où tu feat avec plu­sieurs you­tu­beuses, et en les voyant tel­le­ment à l’aise, décon­trac­tées et mar­rantes, on se dit que, vrai­ment, cette idée reçue n’est pas juste !

De plus, quand une femme est iso­lée dans un concept, entou­rée d’une grande majo­ri­té d’invités mas­cu­lins, elle subit une pres­sion sup­plé­men­taire parce qu’elle prend conscience de sa posi­tion mino­ri­taire et sent la res­pon­sa­bi­li­té qu’elle porte. Il fau­drait donc évi­ter d’inviter plu­sieurs guests mas­cu­lins et une seule guest fémi­nine au sein de la même vidéo, au risque qu’elle soit per­çue, même incons­ciem­ment, comme LA femme de la vidéo, le fameux syn­drome de la Schtroumfette.

Tu as une struc­ture, des res­sources humaines, de gros moyens. Alors en tant que membres de ta com­mu­nau­té, nous nous per­met­tons cette négo­cia­tion, ou plu­tôt ce plai­doyer. De belles ini­tia­tives sont en train de naître, comme celle de YouTube Creators qui pro­pose la série Elles font YouTube, hos­tée par Alix Grousset. La Squeezindustrie aurait tout à gagner à ne pas avoir de trains de retard et à res­ter dans l’Histoire comme celle qui a par­ti­ci­pé acti­ve­ment à contre­ba­lan­cer cette triste habi­tude, bien ins­tal­lée, de l’entre-soi mas­cu­lin dans les plus grosses pro­duc­tions de Youtube. Let’s go ?

Signataires : Fatima Benomar, mili­tante fémi­niste ; Andrea Bescond, mili­tante fémi­niste ; Camille Giry, comé­dienne, cocréa­trice du conte­nu Camille et Justine ; Olivia Moore, humo­riste ; Muka tat­too artist, tatoueuse.

Squeezos cyberharcelé·es sur le reel ou témoins soli­daires : Océane Timotéo-​Bannis, Marie Iasci, Sarra Schott, Angel Petit, Marie Souvignet, Eugénie, Isshin Photography, Lucas (lin­ge­nium), Mchereau, Laura MA, Isaure de Waal, Noémie Gamot, Helenælisa, Emma Marques, Sab pho­to­graphe, Louane.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
HMGUJ5J5VBGQHKATLXGVIGX6IE

Dans "La pro­chaine fois que tu mor­dras la pous­sière", Panayotis Pascot livre un témoi­gnage puis­sant sur son homo­sexua­li­té, sa dépres­sion et sa rela­tion avec son père

La mort annon­cée de son père, avec qui Panayotis Pascot, der­nier d'une fra­trie de six enfants, entre­tient une rela­tion ambi­va­lente, consti­tue le point de départ de ce récit puis­sant, tou­chant et plus que cathar­tique. Au-​delà de son...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.