fbpx
img 0523

Cours Florent : l’association Callisto en guerre ouverte contre la direc­tion de l’école, jugée pas­sive face à des faits de vio­lences sexuelles

Hier en fin de mati­née, un sit-​in a eu lieu devant les locaux pari­siens du Cours Florent, à l’initiative de l’association Callisto. Cette der­nière dénonce, depuis l’été 2020, des faits de vio­lences et d’agressions sexuelles au sein de l’école de théâtre. En novembre 2020, l’institution avait por­té plainte pour dif­fa­ma­tion.

Le sol, devant l’entrée du Cours Florent, est cou­vert de slo­gans ins­crits à la craie : « Arracher nos col­lages = com­plices » ; « Élève, je te crois. Florent, je te vois ». Deux jeunes femmes ter­minent de scot­cher des affiches « La loi du silence a pris des vacances » sur des lam­pa­daires. Il est 11 h 30 ce 1er mars, et l’action qui se pré­pare devant l’école de théâtre vient de com­men­cer : un sit-​in orga­ni­sé par l’association Callisto, qui regroupe notam­ment des ancien·nes élèves du Cours Florent et lutte contre les vio­lences et les dis­cri­mi­na­tions dans les écoles de spec­tacle vivant.

Rassemblées sur la petite éten­due d’herbe qui fait face à l’institution dans le XIXe arron­dis­se­ment de Paris, une tren­taine de per­sonnes ont répon­du pré­sentes à l’appel. Si l’association a pour l’heure recueilli une tren­taine de témoi­gnages met­tant en cause une quin­zaine de pro­fes­seurs entre la fin des années 1990 et 2020, trois affaires[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés