CGA 8532 1
© Celine Gaille pour Causette

Construire sa maison en boue entre femmes

Inspirée par une expérience canadienne, une descendante des Mayas organise, au pied des Pyrénées, des ateliers de construction écologique réservés aux femmes. De l’empowerment au bon goût naturel de terre et un vrai ciment de sororité.

Elle déplie sa silhouette féline et allume la bougie au centre du tapis recouvert de cailloux et de souches d’arbres, de bouquets de sauge, de laurier et de mimosa. « Notre autel, annonce Nydia, avec sa pointe d’accent latino. Nous sommes un jour Kawoq du calendrier maya, qui représente l’idée de communauté. Parfait pour commencer notre atelier et tisser notre toile de sororité. Je vous invite donc à rejoindre le club des sorcières, le club des femmes de boue. » Face à elle, Anne-​Laure ne retient pas ses larmes, tandis qu’un large sourire barre son visage solaire. « Je suis contente de voir une sorcière. Cela faisait longtemps… », souffle-​t-​elle en fixant l’animatrice.

La raison qui réunit, pour un week-​end, ces huit femmes à Gensac-​de-​Boulogne (Haute-​Garonne), un écohameau où vivent en quasi-​autarcie quatorze adultes et dix-​sept enfants, est pourtant bien terre à terre, au sens littéral : apprendre à construire une maison de leurs mains, avec les éléments naturels que sont la paille et la boue. Elles sont venues de Bergerac, d’Albi, de Toulouse ou du fin fond de la Creuse, avec un projet précis en tête ou pour approfondir une technique. Toutes tentent d’accorder leur mode de vie à la nature depuis longtemps. « Vivante au service de la vie », se présente Alice, la petite trentaine et l’œil malicieux. Toilettes sèches, montagnes de légumineuses à chaque repas et tisanes ayurvédiques, les stagiaires ne sont pas tellement dépaysées. Elles partagent dans leur quotidien les[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés