HS5 Reparation excision maison des femmes 05
© Julie Balagué pour Causette

À la Maison des femmes de Saint-​Denis, on répare les mutilées

Se faire reconstruire le clitoris : un acte loin d’être anodin qui nécessite une prise en charge globale des patientes excisées. La Maison des femmes de Saint-​Denis, en banlieue parisienne, qui a ouvert ses portes en juillet, accueille et propose une restauration clitoridienne à celles qui ont été brisées.

Dans son bureau, où les cartons sont encore entassés et d’où se dégage une odeur de peinture fraîche, Mathilde Delespine, sage-​femme et coordinatrice de la Maison des femmes de Saint-​Denis, explique à sa patiente, Ibrahima 1, les soins auxquels elle a droit dans cette toute nouvelle unité. « Des psychologues peuvent vous aider à chasser certaines images, un sexologue est là poura discuter de ce qui vous fait mal quand vous faites l’amour. Une fois par mois, enchaîne la jeune femme, il y a aussi un groupe de parole réservé aux femmes excisées. Vous pouvez aussi vous faire opérer, mais ce n’est pas une obligation. »

Ibrahima, tout juste 27 ans, écoute attentivement. Comme 200 millions de femmes dans le monde 2, cette Ivoirienne a été « coupée », selon ses propres mots, lorsqu’elle était enfant. Avant de l’ausculter, Mathilde Delespine lui montre des schémas de l’anatomie féminine. « Ces dessins représentent différents sexes. Il n’y a pas d’un côté les femmes qui ont un sexe normal et de l’autre celles excisées qui sont anormales. Ici, c’est le clitoris. La petite peau au-​dessus est le capuchon clitoridien. Quand on pratique une excision, on coupe ce capuchon. Vous aviez déjà vu ça ? » demande la sage-​femme. « Non », répond Ibrahima. Mathilde Delespine simplifie volontairement la définition de l’excision, qui, selon l’Organisation mondiale de la santé, est l’ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans excision des grandes lèvres. D’autant que ce n’est pas le cas d’Ibrahima.

Pour que la patiente voie son sexe à elle, direction la salle d’auscultation. Les portraits de Frida Kahlo, Benoîte Groult, Rosa Parks, Lucien Neuwirth ou encore Malala ornent les murs de la Maison des femmes, inaugurée en[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés