fbpx

Sportif·ves de haut niveau : les femmes prennent les plus gros coups

Naomi Osaka, Serena Williams… Pour Lauren Bastide, la façon dont sont trai­tées ces cham­pionnes est symp­to­ma­tique du sexisme lan­ci­nant du milieu spor­tif.

lauren bastide marie rouge allary editions 3 1 a
© Marie Rouge/​Editions Allary

"Quand Naomi Osaka a décla­ré qu’elle ne par­ti­ci­pe­rait pas aux confé­rences de presse d’après-match à Roland-​Garros, pour pré­ser­ver sa san­té men­tale, je me suis dit : res­pect. 

C’est une injonc­tion qui n’est pas très gen­rée, que celle de répondre : « Bien, et toi ? » quand on nous demande : « Ça va ? » Nous sommes toutes et tous obligé·es de nous rendre sur notre lieu de tra­vail, même en cas d’anxiété. Il est rare qu’un·e salarié·e demande à man­quer un brie­fing pour se pré­ser­ver d’une crise d’angoisse. La pra­tique veut[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés