fbpx

On a vu le film anti-​IVG « Unplanned » et, spoi­ler, on n'a pas du tout aimé

L’annonce de la dif­fu­sion le 16 août sur C8 du film amé­ri­cain anti-​IVG Unplanned en pre­mière par­tie de soi­rée a pro­vo­qué une vive polé­mique. Causette s’est infli­gé la purge et, éton­nam­ment, ne l’a pas trop appré­ciée. On vous explique pour­quoi. 

Après avoir rache­té le maga­zine France catho­lique en 2018, puis évan­gé­li­sé CNEWS avec une émis­sion domi­ni­cale qui fleure bon le caté­chisme façon Le Quesnoy, Vincent Bolloré, le catho le plus tra­di du PAF, s’attaque désor­mais à por­ter la bonne parole jusque dans nos pre­mières par­ties de soi­rée. C8, la chaîne du groupe Canal+, dif­fu­se­ra en effet le 16 août à 21 heures le long métrage amé­ri­cain Unplanned (Non pla­ni­fié).

1201623 1

Un pam­phlet ouver­te­ment anti-​IVG, finan­cé par l’Église évan­gé­lique, sor­ti aux États-​Unis en mars 2019 et dis­po­nible depuis sur la pla­te­forme Amazon Prime Video. Adapté d’un livre d’Abby Johnson paru en 2010, Unplanned se targue d’être une fic­tion fon­dée sur une his­toire vraie. Le pitch ? Abby tra­vaille pour un centre de plan­ni­fi­ca­tion fami­liale à Bryan (Texas) jusqu'au jour où « une expé­rience va faire vaciller ses cer­ti­tudes ». On vous laisse ima­gi­ner de quel côté.

Depuis l’annonce de la pro­gram­ma­tion, de nom­breuses voix se sont éle­vées pour ten­ter d’empêcher la dif­fu­sion du film sur une chaîne natio­nale en ver­tu de la loi de 2017 sur le délit d’entrave à l’avortement. Blandine Brin, la cocréa­trice du site inter­net Grossesse impré­vue, qui pro­pose une infor­ma­tion fiable et neutre aux femmes enceintes sans l’avoir pré­vu, a même lan­cé le 8 août une péti­tion pour deman­der au CSA d’intervenir. Ce der­nier avait pré­ci­sé, dans un tweet du 5 août, qu’il ne pou­vait s’immiscer dans la pro­gram­ma­tion des chaînes. Il a tou­te­fois rap­pe­lé qu’il sera pos­sible d’alerter après la dif­fu­sion au sujet d’un éven­tuel man­que­ment à la loi. 

Lire aus­si : Grossesse impré­vue l « Peu de res­sources offi­cielles existent à des­ti­na­tion des publics fra­gi­li­sés et cela donne tout loi­sir aux mili­tants anti IVG d’occuper ce ter­rain »

C8 est donc léga­le­ment dans son bon droit. Pourtant la contro­verse semble s’être immis­cée jusque dans les cou­loirs de la chaîne : les acteur·rices char­gés des voix off ont refu­sé de se prê­ter à la pro­mo­tion d’Unplanned. C’est déjà ça. Sur sa grille de pro­grammes, C8 s’est donc seule­ment pour­vu d’un fri­leux aver­tis­se­ment en pré­ci­sant que le film (qua­li­fié de « drame ») « a sus­ci­té la polé­mique en adop­tant le point de vue des mili­tants anti-​avortement ». Pour com­prendre la contro­verse (quoiqu’on l’imagine déjà) et parce qu’il faut savoir par­fois don­ner de sa per­sonne, on a tenu à regar­der Unplanned en entier. Et, vous pou­vez nous croire, ça peut être très long, une heure et quarante-​cinq minutes. 

Un film qui ne s’embête pas avec la science 

Adapté par les pieux scé­na­ristes Chuck Konzelman et Cary Solomon (à qui l’on doit éga­le­men­tun autre film du même genre, Dieu n’est pas mort, sor­ti en 2014), Unplanned est une ode à la bonne petite famille amé­ri­caine tra­di­tion­nelle. On découvre Abby, son mari, Doug, et leur fille, Grace, au petit déjeu­ner. Maman pré­pare des gaufres en forme de cœur avant de filer tra­vailler au volant de sa étin­ce­lante déca­po­table rouge. Les pre­mières minutes donnent l’impression de mater, dix ans après sa sor­tie, un teen movies pous­sié­reux en consta­tant qu’il a indé­nia­ble­ment pris un sacré coup de pelle.

Mais la voix off de l'héroïne nous ramène à nos agneaux. « Mon his­toire est de celles qui ne sont pas faciles à entendre et elle va vous mettre mal à l’aise. » Elle n’avait pas tort sur ce coup, Abby. La jeune femme, qui tra­vaille depuis huit ans au plan­ning fami­lial de sa ville, donne pour la pre­mière fois un coup de main lors d’une IVG chi­rur­gi­cale par aspi­ra­tion. On peut légi­ti­me­ment se deman­der si les scé­na­ristes ont déjà ouvert un manuel sco­laire de SVT. Abby, qui tient la sonde écho­gra­phique, aper­çoit via l’écran de l’appareil l'embryon de 13 semaines se tordre de dou­leur et se « débattre » pour échap­per au tuyau comme s’il lut­tait déses­pé­ré­ment pour sa sur­vie. À cela s’ajoute une réa­li­sa­tion digne d’un péplum de série Z : des litres de sang , des tor­rents de larmes, le tout ser­vi sur une musique tra­gique. 

Apparemment cela ne dérange pas C8 de dif­fu­ser plus est à une heure de grande écoute, de véri­tables men­songes sur l’avortement. 

Nous ne sommes qu'à la 4e minute du film et ce que nous venons de voir est com­plè­te­ment faux. La scène, extrê­me­ment cho­quante, pré­tend mon­trer la souf­france d’un embryon alors qu’il est scien­ti­fi­que­ment démon­tré qu’il ne peut res­sen­tir de la dou­leur. Apparemment, cela ne dérange pas C8 de dif­fu­ser de véri­tables men­songes sur l’avortement. 

Après une heure de fla­sh­back sur sa jeu­nesse, les deux avor­te­ments qu’elle a elle-​même subis – elle les impute d’ailleurs à l’abus d’alcool et aux rela­tions sexuelles sans len­de­main (vive les cli­chés!) –, son arri­vée à la cli­nique, l’opposition de sa famille dévote à cet enga­ge­ment, son quo­ti­dien d’accompagnante au plan­ning, où elle est confron­tée aux quo­li­bets des militant·es pro-​vie, nous retrou­vons Abby trau­ma­ti­sée après la bru­tale mise en scène de l’avortement chi­rur­gi­cal. Épouvantée, elle démis­sionne pour rejoindre les militant·es pro-​vie tou­jours campé·es der­rière le grillage. Et essaye ensuite à son tour de dis­sua­der les jeunes femmes qui se rendent à la cli­nique. 

Incohérence 

En rela­tant cet évé­ne­ment dans un livre en 2010, la vraie Abby Johnson est deve­nue l’enfant ché­rie du mou­ve­ment pro-​vie outre-​Atlantique. Mais son récit était-​il vrai­ment exact ? Au-​delà de l’impossibilité scien­ti­fique, une enquête du maga­zine Texas Monthly publiée en avril 2019 pointe une série d’incohérences dans le récit d’Abby Johnson. Consultés par le maga­zine amé­ri­cain, les dos­siers de la cli­nique mise en cause ne men­tionnent aucune patiente enceinte de plus de dix semaines ce jour-​là. 

En ce qui concerne son sou­dain enga­ge­ment pro-​vie, s’agit-il d’une véri­table prise de conscience ou bien d’un oppor­tu­nisme ? Là aus­si, les ver­sions divergent. Une ancienne col­lègue de tra­vail d’Abby a révé­lé au maga­zine texan que la jeune femme allait pro­chai­ne­ment se faire licen­cier pour faute pro­fes­sion­nelle lorsqu’elle a rejoint l’organisation pro-​life – qui lui aurait d’ailleurs pro­mis 3 000 dol­lars pour sa venue. Vincent Bolloré a‑t-​il mené sa propre enquête avant de pro­gram­mer la dif­fu­sion d’Unplanned ? On ne le sait pas mais on s’interroge sérieu­se­ment sur la men­tion « basé sur une his­toire vraie »

Propagande reli­gieuse et poli­tique

Qu’importent les réelles moti­va­tions d’Abby Johnson. Il ne s’agit pas bien sûr de juger son chan­ge­ment de camp. Seulement de poin­ter que, au-​delà de prê­cher pour sa paroisse, Unplanned induit les téléspectateur·rices en erreur avec des contre-​vérités scien­ti­fiques et mani­pule insi­dieu­se­ment les esprits. La per­ver­si­té du film repose en effet sur une pro­pa­gande reli­gieuse et poli­tique dont le but est d’anéantir la confiance dans le Planning fami­lial pour contri­buer à res­treindre l’accès des femmes à l’avortement. 

Car à aucun moment dans le film, les femmes venant se faire avor­ter à la cli­nique ne sont vues comme des cri­mi­nelles. Elles sont sim­ple­ment consi­dé­rées comme des bre­bis éga­rées qu’il faut rame­ner dans le droit che­min. La seule « péche­resse » du film est Cheryl, la direc­trice du Planning fami­lial, mi-​Cruella mi-​Miranda Priestly. Pendant deux heures, Unplanned part en croi­sade contre le mou­ve­ment pro-​choix, dési­gné comme « l’organisation la plus puis­sante de la pla­nète », rien que ça. Une entre­prise insen­sible et malé­fique dont l’unique inten­tion est de gagner de l’argent en pra­ti­quant à tour de bras des IVG coû­tant plu­sieurs cen­taines de dol­lars. 

À vous de déci­der de ce que vous ferez de votre soi­rée le 16 août pro­chain mais vous êtes prévenu·es : en plus d'être un indi­cible navet, Unplanned est un ramas­sis de… stu­pi­di­tés, pour res­ter polie ! 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés