fbpx
3ea5ebe 1664358754276 screenshot 2022 09 28 11 52 22
Élisabeth Badinter © Capture d'écran de la vidéo de France Inter

Lettre à Babeth Badinter : où étais-​tu quand on par­lait d'amnésie trau­ma­tique, d'emprise ou encore de #DoublePeine ?

Le 28 sep­tembre, Élisabeth Badinter a pro­fi­té d'une grande inter­view dans la mati­nale de France inter pour creu­ser encore un peu plus le fos­sé qui la sépare des nou­velles luttes féministes.

ÉDITO. Il y a trois jours, on t'a enten­due à la radio. Tu es notre vieille copine Babeth, cette amie d'enfance qu'on a beau­coup admi­ré quand on était jeunes, qui nous a appris plein de choses sur la vie et qu'on a un peu per­due de vue en gran­dis­sant. Nos che­mins ont fini par se sépa­rer, on te suit de loin en se disant à chaque fois qu'on a de tes nou­velles qu'on ne se res­semble plus trop. Qu'on ne pense plus pareil. Et puis on tombe sur toi par hasard, tout le monde a vieilli, et nos oreilles se crispent quand on t'entend parler.

« Il faut aus­si prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés, as-​tu lan­cé, à pro­pos des femmes vic­times de vio­lences sexuelles. Je com­prends très bien que pen­dant un cer­tain temps, des années mêmes, ça soit impos­sible à évo­quer [dans une plainte judi­caire] mais quand même, dix ans, c’est pas si mal. » Le pro­pos est quelque peu confus, mais ce mer­cre­di 28 sep­tembre, ce que tu cherches à dire, c'est fina­le­ment que les femmes qui ne portent pas plainte pour agres­sion sexuelle dans les six ans sui­vant les faits ou pour viol dans les vingt ans sui­vant les faits ne peuvent pas, ensuite, témoi­gner publi­que­ment de ce qu'elles ont subi. Elles doivent « prendre leur res­pon­sa­bi­li­tés » et choi­sir : ou c'est la Justice avec un grand J, qui, tu le rap­pelles, est au fon­de­ment de notre État de droit, ou c'est le silence. 

Et c'est bien trop binaire, ça, Babeth. C'est même une gifle aux vic­times d'entre nous. C'est comme si tu avais évo­lué toutes ces années qu'on n'avait plus trop enten­du par­ler de toi dans un monde paral­lèle sans les apports de #MeToo. Un monde où n'auraient pas été décor­ti­qués par la géné­ra­tion fémi­niste qui a suc­cé­dé à la tienne les notions d'amnésies trau­ma­tiques en cas de vio­lences sexuelles ou d'emprise, lorsqu'il s'agit de vio­lences conju­gales. Comme si, aus­si, tu n'avais rien su de ces mou­ve­ments, de #PrendsMaPlainte à #DoublePeine, qui hurlent leur détresse de ne pas être enten­dues, crues ou même res­pec­tées par les forces de l'ordre, cer­bères qu'il faut ama­douer pour qu'ils daignent ouvrir les portes de la jus­tice. Cette jus­tice qui, trop sou­vent – où étais-​tu quand celles qui sou­vent se sont abreu­vées de tes pen­sées l'ont sou­le­vé ? – se retrouve inca­pable de condam­ner à la hau­teur de ses crimes un vio­leur ou un mari violent. On ne te don­ne­ra qu'un chiffre, Babeth : en France, 70% des plaintes pour viol sont clas­sées sans suite, selon l'Observatoire natio­nal de la délin­quance et des réponses pénales. Et tu vou­drais qu'on ait, comme toi, la même confiance aveugle dans le sys­tème judiciaire ? 

Tu dis aus­si qu'il y a « fémi­nistes et fémi­nistes ». On te l'accorde, le mou­ve­ment est plu­riel. De notre point de vue, c'est une richesse, mais du tien, c'est une catas­trophe. L'altérité au sein de nos luttes, toi, la grande pen­seuse uni­ver­sa­liste, ça te défrise. Voilà des années qu'on le sait : avec tes copines de la vieille garde, vous en avez gros contre les « néo­fé­mi­nistes », celles qui croient en la conver­gence des luttes à l'intersection des domi­na­tions, qu'elles soient de genre, de « races », de caté­go­ries socio-​professionnelles, d'orientation sexuelle ou de vali­di­té des corps. À la radio ce matin-​là, tu as éruc­té : « Dans le sys­tème de l’intersectionnalité, trois groupes consti­tuent cette inter­sec­tion­na­li­té, qui sont les gens de cou­leur, les néo­fé­mi­nites et les isla­mistes. Il y a une entente, on ne bouge pas. Vous avez peut être remar­qué que les isla­mistes ne disent jamais un mot contre les mili­tantes LGBT, jamais. »

Les bras nous en sont tom­bés. On pas­se­ra sur « les gens de cou­leur », expres­sion du XXème siècle qui raconte le malaise des blanc·hes face aux indi­vi­dus qui ne leur res­semblent pas. Mais ce que les isla­mistes viennent faire là-​dedans, on l'ignore. Croire – ou lais­ser croire – que des inté­gristes musulman·es viennent cla­quer des bises et écha­fau­der des slo­gans avec des les­biennes et des tra­vailleuses du sexe, n'est pas du niveau intel­lec­tuel auquel tu nous as habi­tuées. Et confondre une femme qui t'explique por­ter le voile par choix avec une dan­ge­reuse pro­sé­lyte ne t'honore pas.

Cette cri­tique acerbe d'un fémi­nisme qui te rebute, voi­là bien­tôt vingt ans qu'elle te ronge. Ton essai Fausse route, paru en 2003, accu­sait déjà tes suc­ces­seures de ral­lu­mer « la guerre des sexes ». On aurait dû mieux prê­ter oreille à la réponse d'une autre vieille amie, Gisèle Halimi, qui obser­vait dans Le Monde diplo­ma­tique (l'article a été res­sor­ti sur Twitter après ton pas­sage radio) la même année : « Elisabeth Badinter […] moque le "mili­tan­tisme fémi­niste", qui croit pou­voir "[la] mettre au pas…". Accuse les fémi­nistes — les­quelles et quelles orga­ni­sa­tions ? — de se livrer "au for­ma­tage de la sexua­li­té". Or donc, seuls les hommes auraient des pul­sions sou­ve­raines. Il y va d’ailleurs de leur "iden­ti­té". Et tant pis pour les femmes et leur propre iden­ti­té. »

Ce qui est drôle, vois-​tu, c'est que tu fais de ces désac­cords une ques­tion de bataille des géné­ra­tions. Or, Gisèle Halimi était plus âgée que toi de presque vingt ans. Donc non, nous ne conclu­rons pas sur « la vieillesse est un nau­frage », réflexion bien trop facile et qui nous ferait tom­ber dans l'âgisme. On sait ce que l'on te doit, tou­jours : la lutte pour le droit à l'IVG, la lutte contre les reli­gions qui asser­vissent les femmes, la cri­tique du rôle mater­nel. Ça, per­sonne, même toi, ne pour­ra nous l'enlever.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés