fbpx

Chloé Delaume : « Effacer des esprits qu’il peut être pos­sible de détes­ter les hommes »

115 lance flammes bernard hermant
© Bernard Hermant

Je vais vous racon­ter une his­toire qui s’est pas­sée en France. La France, vous voyez ? Le pays du fro­mage et du fémi­ni­cide. Là où une femme sur sept a subi une forme d’agression sexuelle et où une femme sur dix est vic­time de vio­lences conju­gales. Il y a quelques semaines sor­tait dans une petite mai­son d’édition asso­cia­tive, Monstrograph, un livre de Pauline Harmange : Moi les hommes, je les déteste. L’autrice a 25 ans, son texte est davan­tage un appel à la soro­ri­té qu’un mani­feste bru­tal, même si le titre est pro­vo­ca­teur. Pour autant, Pauline Harmange fait sou­dain entendre une parole reven­di­quant la misan­drie. La misan­drie, ça vient du grec misos, « haine », et de aner, « homme ». Vous note­rez que ce[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés