Vulvothérapie lit­té­raire

Lire des textes éro­tiques pour gué­rir ses dou­leurs gyné­co­lo­giques. Des patient·es et des soignant·es témoignent de l’efficacité de la méthode dans les soins du vagi­nisme et des dyspareunies.

feuilles2 A
© Emmanuelle Descraques pour Causette

Boris Vian ima­gine, dans L’Écume des jours, un doc­teur qui pres­crit « des fleurs » pour soi­gner. Pour gué­rir le vagi­nisme (res­ser­re­ment réflexe des muscles du vagin) et les dys­pa­reu­nies (dou­leurs vul­vaires ou vagi­nales), une équipe de gyné­cos et soignant·es en réédu­ca­tion péri­néale, l’association Les Clés de Vénus, pro­pose, elle, des livres éro­tiques. « Avec l’appréhension des dou­leurs, la zone est ver­rouillée, explique Anne Dumartineix, kiné pari­sienne spé­cia­liste de ces patho­lo­gies. Nous, on tra­vaille à la détendre. Mais il y a aus­si besoin de la ré-​érotiser, pour que le cer­veau, qui tient les muscles de la région cris­pés, prenne conscience que c’est un mor­ceau du corps qui peut être tran­quilli­sé. » L’association, spé­cia­li­sée dans le sou­tien aux per­sonnes souf­frant de vagi­nisme et de dys­pa­reu­nies, conseille aus­si la lec­ture de textes coqui­nous, des « alliés » dans le par­cours de soins, peut-​on lire sur le site. 

Un corps reconnecté

Marion, fro­ma­gère de 33 ans, est atteinte de vagi­nisme depuis ses 16 ans. Les quelque deux cents (!) romans éro­tiques qu’elle a lus depuis qu’elle a décou­vert l’astuce l’ont pro­fon­dé­ment aidée. Son kif : les récits du type « veuve dans les Highlands [mon­tagnes écos­saises, ndlr] au XIXe » ou « vieilles filles émous­tillées ». Les textes lui ont per­mis de se sen­tir nor­male, de « désa­cra­li­ser » le sexe et la « sacro-​sainte péné­tra­tion, témoigne-​t-​elle. Avant, j’avais l’impression d’être une gamine qui lisait ça sans com­prendre. J’étais décon­nec­tée de mon corps. Au fur et à mesure – en paral­lèle de mes soins –, ça m’a appris que je pou­vais avoir des sen­sa­tions ».

Ishta, étu­diante de 28 ans et admin du compte Instagram @douleursfeminines, pense même à inté­grer les lec­tures à ses soins, notam­ment aux dila­ta­teurs vagi­naux (des sortes de bou­gies visant à détendre la zone). « Au lieu d’aborder les dila­ta­teurs comme un truc médi­cal, lire ce genre de texte avant de les uti­li­ser pour­rait aider à voir tous ces soins comme une route vers le plai­sir. » Son truc, ce sont les « hot sto­ries » du compte Instragram @orgasme_et_moi. De petits témoi­gnages « hyper bien écrits – ce qui en fait pour moi de la lit­té­ra­ture – et hyper exci­tants ». Elle y a décou­vert que « vrai­ment plein de gens pra­ti­quaient des rap­ports sans péné­tra­tion », comme ce mec qui ne jouit qu’« en léchant sa nana pen­dant des heures ! » De quoi « dis­so­cier sexe et dou­leurs » dans l’esprit des malades.

« J’ai lu beau­coup de romances où il n’y a aucune men­tion de pro­tec­tions du style pré­ser­va­tifs et où la notion de consen­te­ment est mise à mal », nuance Amélie, lec­trice « active » depuis six ans, atteinte de ves­ti­bu­lo­dy­nie1 et d’endométriose. « Les per­son­nages partent au quart de tour. Tout paraît si fluide pour eux… Ça a aggra­vé ma sen­sa­tion de ne pas être nor­male. » Mais elle n’a pas lâché sa col­lec­tion d’e‑books « new romance » pour autant. Et avoue même que les textes l’ont aidée à retrou­ver une libi­do avec son mec. « Il y a dans la lec­ture un sen­ti­ment de sécu­ri­té qui décul­pa­bi­lise d’être dans l’autoérotisation. » La peur et le sen­ti­ment de culpa­bi­li­té sont des ver­rous très impor­tants à faire sau­ter pour gué­rir, « pour que les femmes qui ont mal se per­mettent des choses », sou­ligne Anne Dumartineix. Marion est, à ce titre, opti­miste. « La der­nière fois, au rayon éro­tique chez Cultura, j’ai dis­cu­té avec une mère de famille qui cher­chait ce genre de bou­quins. » Un tabou tombe. Et des vulves s’en voient ravies. 

  1. Vestibulodynie : type de vul­vo­dy­nie (toutes les patho­lo­gies des dou­leurs de la vulve), dans laquelle est prin­ci­pa­le­ment atteint le ves­ti­bule (« entrée » du vagin).[]
Partager
Articles liés
125 libido marie boiseau pour causette

Antidépresseurs : le long som­meil sexuel

Troubles du désir, de l’orgasme, anesthésie génitale… Si les antidépresseurs sont connus pour altérer la libido, certains sont aujourd’hui accusés de provoquer une dysfonction sexuelle persistante, même après l’arrêt du traitement. Un effet encore...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.