fbpx
1940s bedroom scene with a nude woman lying on bed. u.s.A
© Richard Tuschman Millennium Plainpicture

Vieillir et mûrir de plaisir

Invisibilisées socia­le­ment, les quin­quas et plus seraient aus­si priées de rem­bal­ler leur libi­do. Mais, pour beau­coup, entre récon­ci­lia­tion avec son corps, libé­ra­tion de l’esprit et réin­ven­tion de sa sexua­li­té, les mate­las n’ont pas fini de grincer. 

Elle a les yeux qui pétillent tel­le­ment qu’ils pour­raient rem­pla­cer une boule à facettes sur un dance-​floor. Elle a l’air de la gamine qui vient de gagner le gros lot à la ker­messe. Après plu­sieurs années de veu­vage, Marion, une des héroïnes du docu­men­taire Les Dames *, au ciné­ma en novembre, vient de retrou­ver l’amour et une vie sexuelle dans les bras d’Alain. « C’est explo­sif », décrit-​elle, comme éton­née de décou­vrir qu’une telle flamme n’atten­dait que d’être ravi­vée en elle. Voilà : à plus de 70 ans, Marion plaît, Marion aime et… Marion fait l’amour. De quoi désap­poin­ter ce brave Yann Moix, qui, l’an pas­sé, décla­rait ­tran­quille­ment dans une inter­view à Marie-​Claire : « Je suis inca­pable d’aimer une femme de 50 ans. » Avant d’enfoncer le clou quelques lignes plus loin : « Le corps d’une femme de 50 ans n’est pas ­extra­or­di­naire du tout. »

Lire aus­si : l'interview de Laure Adler : « Avancer dans la vie, c'est du plus »

Sans Moix !

Yann Moix ? Mieux vaut ne pas en par­ler à Catherine Grangeard, autrice d’Il n’y a pas d’âge pour jouir. Quand elle parle de lui, elle dit « Monsieur Moi », en pre­nant soin de ne pas pro­non­cer le « x », ce qui, dans la bouche d’une psy­cha­na­lyste, n’est évi­dem­ment pas ano­din. « Sur mon divan, j’ai des femmes qui ont souf­fert de ces pro­pos. Elles se sont sen­ties bles­sées, humi­liées », rapporte-​t-​elle. Dans l’inter­view de Moix, une autre phrase, moins rele­vée, est néan­moins tout aus­si ins­truc­tive : « Elles sont invi­sibles », dit-​il, lapi­daire, de ces femmes de 50 ans et plus. De fait, « des siècles de patriar­cat construisent un ­envi­ron­ne­ment dont on ne peut se défaire en un demi-​siècle de fémi­nisme », résume Catherine Grangeard. À savoir : après 50 ans, une femme est bonne à être mise au ran­cart… plus qu’à cou­rir les ran­cards. Une croyance qui tient aus­si « à l’adéquation entre l’acte sexuel et la pro­créa­tion », estime[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
close-up photo of heart-shape stones

Chemsex : les femmes aussi

Si le chemsex reste majoritairement pratiqué par les hommes gays, une étude montre qu'elle se répand aussi chez les hétéros, hommes ou femmes, les femmes lesbiennes et les personnes non-binaires. La dernière étude consacrée au phénomène avance que...

125 libido marie boiseau pour causette

Antidépresseurs : le long som­meil sexuel

Troubles du désir, de l’orgasme, anesthésie génitale… Si les antidépresseurs sont connus pour altérer la libido, certains sont aujourd’hui accusés de provoquer une dysfonction sexuelle persistante, même après l’arrêt du traitement. Un effet encore...

ciel A

Plaisirs de la fesse sans prouesse

Libertinage, donjons, BDSM et combi en latex. à en croire les séries, podcasts et articles de presse, la terre entière serait en soirée échangiste le samedi ou aurait déjà tenté le bondage japonais. De quoi coller des complexes à la majorité...