1940s bedroom scene with a nude woman lying on bed. u.s.A
© Richard Tuschman Millennium Plainpicture

Vieillir et mûrir de plaisir

Invisibilisées socialement, les quinquas et plus seraient aussi priées de remballer leur libido. Mais, pour beaucoup, entre réconciliation avec son corps, libération de l’esprit et réinvention de sa sexualité, les matelas n’ont pas fini de grincer. 

Elle a les yeux qui pétillent tellement qu’ils pourraient remplacer une boule à facettes sur un dance-​floor. Elle a l’air de la gamine qui vient de gagner le gros lot à la kermesse. Après plusieurs années de veuvage, Marion, une des héroïnes du documentaire Les Dames *, au cinéma en novembre, vient de retrouver l’amour et une vie sexuelle dans les bras d’Alain. « C’est explosif », décrit-​elle, comme étonnée de découvrir qu’une telle flamme n’atten­dait que d’être ravivée en elle. Voilà : à plus de 70 ans, Marion plaît, Marion aime et… Marion fait l’amour. De quoi désappointer ce brave Yann Moix, qui, l’an passé, déclarait ­tranquillement dans une interview à Marie-​Claire : « Je suis incapable d’aimer une femme de 50 ans. » Avant d’enfoncer le clou quelques lignes plus loin : « Le corps d’une femme de 50 ans n’est pas ­extraordinaire du tout. »

Lire aussi : l’interview de Laure Adler : « Avancer dans la vie, c’est du plus »

Sans Moix !

Yann Moix ? Mieux vaut ne pas en parler à Catherine Grangeard, autrice d’Il n’y a pas d’âge pour jouir. Quand elle parle de lui, elle dit « Monsieur Moi », en prenant soin de ne pas prononcer le « x », ce qui, dans la bouche d’une psychanalyste, n’est évidemment pas anodin. « Sur mon divan, j’ai des femmes qui ont souffert de ces propos. Elles se sont senties blessées, humiliées », rapporte-​t-​elle. Dans l’inter­view de Moix, une autre phrase, moins relevée, est néanmoins tout aussi instructive : « Elles sont invisibles », dit-​il, lapidaire, de ces femmes de 50 ans et plus. De fait, « des siècles de patriarcat construisent un ­environnement dont on ne peut se défaire en un demi-​siècle de féminisme », résume Catherine Grangeard. À savoir : après 50 ans, une femme est bonne à être mise au rancart… plus qu’à courir les rancards. Une croyance qui tient aussi « à l’adéquation entre l’acte sexuel et la procréation », estime[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
HS5 OMGYes 03

OMGYes, le site qui vous veut du bien

Voilà un an que la plateforme Web démystifie la masturbation féminine : dans des vidéos où leurs utilisatrices se mettent à nu, elle dévoile des techniques concrètes pour atteindre l’orgasme.

Découvrer notre calendrier de l'avent quichesque