fbpx

Viagra fémi­nin : c'est pas encore le pied

Si les labos phar­ma­ceu­tiques testent des trai­te­ments pour boos­ter notre libi­do, leurs solu­tions ne sont pas mira­cu­leuses, voire poten­tiel­le­ment dangereuses.

Illustration sans titre 1 A
© Marie Boiseau pour Causette

Vers la fin des années 1990, le via­gra a été le pre­mier médi­ca­ment mis en vente pour trai­ter les dys­fonc­tions érec­tiles. Depuis, rien d’équivalent n’a été com­mer­cia­li­sé pour faire se dres­ser le cli­to­ris… Pourtant, cer­tains labo­ra­toires phar­ma­ceu­tiques se sont bien atte­lés à l’élaboration de trai­te­ments cen­sés répondre à ce juteux mar­ché que repré­sentent pour eux les « troubles du désir sexuel fémi­nin ». Mais les résul­tats ne font pas grim­per aux rideaux.

Arguments fémi­nistes

Voyez plu­tôt. En 2015, la Food and Drug Administration (FDA), l’agence amé­ri­caine du médi­ca­ment, auto­rise la mise sur le mar­ché aux États-​Unis de la fli­ban­sé­rine, ven­due sous le nom Addyi. Un médi­ca­ment qui agit sur les neu­ro­trans­met­teurs impli­qués dans le cir­cuit du plai­sir, cen­sé aider les femmes souf­frant d’un manque de libi­do chro­nique à l’aide d’une prise quo­ti­dienne. La pilule est rose et la cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion s’appuie sur des argu­ments fémi­nistes, dans[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Capture d’écran 2020 02 12 à 12.43.06

Clitoris : la part des hommes

Il y a ceux qui s’en contrefichent et ceux qui ont compris que le clitoris était la clé de l’orgasme féminin. Bizarrement, on a réussi à ne parler qu’aux mâles de cette dernière espèce.

125 libido marie boiseau pour causette

Antidépresseurs : le long som­meil sexuel

Troubles du désir, de l’orgasme, anesthésie génitale… Si les antidépresseurs sont connus pour altérer la libido, certains sont aujourd’hui accusés de provoquer une dysfonction sexuelle persistante, même après l’arrêt du traitement. Un effet encore...

feuilles2 A

Vulvothérapie lit­té­raire

Lire des textes érotiques pour guérir ses douleurs gynécologiques. Des patient·es et des soignant·es témoignent de l’efficacité de la méthode dans les soins du vaginisme et des dyspareunies.