fbpx

Témoignages : sous la couette, elles et ils aiment la simplicité

Des adeptes des plus grands clas­si­cos du boule (dont le titre revient, il faut l’admettre, au mis­sion­naire) nous ont racon­té leurs adap­ta­tions per­son­nelles et pour­quoi ils aiment la sim­pli­ci­té. Florilège de témoignages.

Clément

24 ans

"Je suis avec ma copine depuis six ans. On fait glo­ba­le­ment l’amour de la même façon à chaque fois. Câlin, caresses, mis­sion­naire, levrette. On s’est deman­dé si le fait de faire le même enchaî­ne­ment tout le temps n’était pas un peu triste. On a conclu que non. Si on se met­tait à se fouet­ter ou à faire des trucs un peu dif­fé­rents, j’ai le sen­ti­ment que ce serait “faire des jeux sexuels pour faire des jeux sexuels”. Les plans à plu­sieurs, ça ne m’a jamais tra­ver­sé l’esprit. On pour­rait se dire que c’est “deux fois plus de plai­sir”. Moi, je res­sens un côté gênant. On a tes­té l’anal une fois par curio­si­té. On s’est aus­si fil­més une fois et on a regar­dé des vidéos por­no, deux fois. Mais on a fini par se sen­tir gênés. Un pote m’a dit qu’il avait 1 000 euros de maté­riel genre menottes. Il m’a aus­si conseillé une appli de jeux coquins. On a tes­té. C’était exci­tant, mais très vite, on s’est dit que ça nous saou­lait de suivre un script, alors on l’a éteinte et on a fait l’amour normalement." 

Luc*

40 ans

"J’ai un copain régu­lier et une copine régu­lière. J’ai renon­cé à la péné­tra­tion. J’ai donc un registre assez limi­té. Des câlins, de la mas­tur­ba­tion réci­proque, des petits frot­tis frot­ta… La décrois­sance du sexe, c’est ça : se conten­ter de peu et prendre un maxi­mum de plai­sir sur ce petit peu. Dans l’extravagance, on veut tou­jours faire[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
HS5 CourrierDuClit 01

Le cour­rier du clit

Pour Causette, la journaliste Clarence Edgard-Rosa répond aux questions “100 % clito” posées par ses lectrices et lecteurs. Questions pour le moins récurrentes. Et parfois inquiètes.