fbpx

Témoignages : sous la couette, elles et ils aiment la simplicité

Des adeptes des plus grands clas­si­cos du boule (dont le titre revient, il faut l’admettre, au mis­sion­naire) nous ont racon­té leurs adap­ta­tions per­son­nelles et pour­quoi ils aiment la sim­pli­ci­té. Florilège de témoignages.

Clément

24 ans

"Je suis avec ma copine depuis six ans. On fait glo­ba­le­ment l’amour de la même façon à chaque fois. Câlin, caresses, mis­sion­naire, levrette. On s’est deman­dé si le fait de faire le même enchaî­ne­ment tout le temps n’était pas un peu triste. On a conclu que non. Si on se met­tait à se fouet­ter ou à faire des trucs un peu dif­fé­rents, j’ai le sen­ti­ment que ce serait “faire des jeux sexuels pour faire des jeux sexuels”. Les plans à plu­sieurs, ça ne m’a jamais tra­ver­sé l’esprit. On pour­rait se dire que c’est “deux fois plus de plai­sir”. Moi, je res­sens un côté gênant. On a tes­té l’anal une fois par curio­si­té. On s’est aus­si fil­més une fois et on a regar­dé des vidéos por­no, deux fois. Mais on a fini par se sen­tir gênés. Un pote m’a dit qu’il avait 1 000 euros de maté­riel genre menottes. Il m’a aus­si conseillé une appli de jeux coquins. On a tes­té. C’était exci­tant, mais très vite, on s’est dit que ça nous saou­lait de suivre un script, alors on l’a éteinte et on a fait l’amour normalement." 

Luc*

40 ans

"J’ai un copain régu­lier et une copine régu­lière. J’ai renon­cé à la péné­tra­tion. J’ai donc un registre assez limi­té. Des câlins, de la mas­tur­ba­tion réci­proque, des petits frot­tis frot­ta… La décrois­sance du sexe, c’est ça : se conten­ter de peu et prendre un maxi­mum de plai­sir sur ce petit peu. Dans l’extravagance, on veut tou­jours faire[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
1940s bedroom scene with a nude woman lying on bed. u.s.A

Vieillir et mûrir de plaisir

Pour beaucoup de quinquas, entre réconciliation avec son corps, libération de l’esprit et réinvention de sa sexualité, les matelas n’ont pas fini de grincer