fbpx

Journée mon­diale de la vaséc­to­mie : Franck a tes­té pour vous

Franck, 40 ans, a écrit à Causette il y a quelques mois. Son idée ? Nous racon­ter son expé­rience intime de la vasec­to­mie. Sa façon à lui de prendre en charge la contra­cep­tion. Voici son témoignage. 

EmilieSarnel CORNICHONS SCAN 2 CMJN
© Emilie Sarnel pour Causette

"Nous sommes le 21 février 2017 et mes résul­tats d’analyses viennent d’arriver. Je vais enfin savoir si je suis bien deve­nu sté­rile grâce à une vasec­to­mie pra­ti­quée quatre mois plus tôt. Alors que je tente de déca­che­ter l’enveloppe, la télé, en fond sonore, annonce le docu­men­taire Et si on fai­sait un bébé. La vie est moqueuse par­fois ! Flash-back…

CHAPITRE 1 – La contra­cep­tion se conjugue aus­si au masculin

Âgé de 40 ans, sans enfants, je suis atten­tif à la pari­té femmes-​hommes et je me sens concer­né par la lutte contre les inéga­li­tés sous toutes ses formes. De là à me qua­li­fier de fémi­niste ou pro­fé­mi­niste ? Certainement. En tout cas, c’est grâce à une femme, avec laquelle je suis en couple depuis quatre ans main­te­nant, que j’ai pris conscience d’une grosse lacune : « Le jour où tu ava­le­ras quo­ti­dien­ne­ment des hor­mones pour te pré­mu­nir d’une future pater­ni­té, alors là, oui, on pour­ra vrai­ment par­ler de pari­té… » Voilà com­ment une simple phrase de ma com­pagne, Véro, m’a mis un coup de pied au cul (qu’elle affec­tionne tout par­ti­cu­liè­re­ment, me souffle-​t-​elle à l’oreille alors que j’écris ces lignes). Véro a rai­son : la contra­cep­tion est aujourd’hui consi­dé­rée comme une pré­ro­ga­tive fémi­nine. Cette charge (men­tale) nor­mée et impo­sée est pour­tant loin d’être un acte banal et n’est pas sans risque. 

Je NE VEUX PAS d’enfant. Je n’en ai jamais vou­lu. Ni besoin, ni envie, ni désir. Cela a d’ailleurs été l’une des rai­sons prin­ci­pales de ma der­nière rup­ture amou­reuse. J’aime cette liber­té d’improviser à la der­nière minute une soi­rée, un res­tau­rant, une ter­rasse, un voyage, une sieste cra­pu­leuse. Véro n’en a jamais vou­lu non plus. Vu les sta­tis­tiques, il était plus simple de trou­ver une aiguille dans une botte de foin que de nous ren­con­trer. Nous avons une chance folle de par­ta­ger ce choix qui n’est source de frus­tra­tion pour per­sonne. Alors, autant assu­mer et prendre enfin ma part.

Coïncidence heu­reuse, au cours de l’année 2016, date anni­ver­saire des 60 ans du plan­ning fami­lial, son antenne locale ren­naise orga­ni­sait une confé­rence inti­tu­lée « Contraception : où (en) sont les hommes ? », avec la par­ti­ci­pa­tion d’un membre de l’association Ardecom, qui milite pour la contra­cep­tion mas­cu­line. Bien sûr, j’y étais. Et je n’étais pas le seul, il y avait du monde ! Les hommes, par­fois venus avec leur com­pagne, repré­sen­taient ce soir-​là plus du tiers du public. 

Au fond de la salle, côté radia­teur, j’écoute avec atten­tion. J’apprends que cer­taines expé­ri­men­ta­tions de contra­cep­tion mas­cu­line ont été aban­don­nées en rai­son de leurs effets secon­daires incom­mo­dants. Comme si la pilule fémi­nine (pour ne citer qu’elle) n’avait aucun effet indé­si­rable ! Certaines femmes le réclament dans la salle : « La contra­cep­tion ne doit[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
125 libido marie boiseau pour causette

Antidépresseurs : le long som­meil sexuel

Troubles du désir, de l’orgasme, anesthésie génitale… Si les antidépresseurs sont connus pour altérer la libido, certains sont aujourd’hui accusés de provoquer une dysfonction sexuelle persistante, même après l’arrêt du traitement. Un effet encore...

capture decran 2022 09 21 a 13.43.16

Dossier : les sex­pertes se mouillent

Sexothérapeutes, instagrammeuses homologuées et influenceuses spécialisées dans la gaudriole partagent dans Causette leurs bons plans pour s’ambiancer al fresco, seul·e ou à plusieurs.