fbpx

Douloureuse jouis­sance

Parler de « mau­vais orgasmes » semble rele­ver de l’oxymore. Pourtant, orgasme et réel plai­sir ne sont pas tou­jours syno­nymes. La recherche s’est mise à ana­ly­ser le sujet, éclai­rant un peu plus les méca­niques de la jouissance. 

Pour se mettre au cou­rant des recherches les plus fraîches en matière de plai­sir sexuel, il est une source fort juteuse. Le Twitter de Sara Chadwick. Derrière ce compte ne se trouve pas une star des réseaux sociaux, mais une post­doc­to­rante en san­té publique pour l’Université de Floride Centrale (États-​Unis) et l’Université de Victoria (Canada). Quasi quo­ti­dien­ne­ment, elle par­tage les der­nières études per­ti­nentes en lien avec sa spé­cia­li­té : les orgasmes. En par­ti­cu­lier, une caté­go­rie mal connue, qu’elle est la pre­mière à avoir ana­ly­sée : les « mau­vais orgasmes ».

orgasme1 cmjn
© Marie Boiseau
Coercition orgas­mique

« Les orgasmes, plaide-​t-​elle, sont consi­dé­rés comme une expé­rience uni­ver­sel­le­ment posi­tive. L’idée selon laquelle “bon sexe = orgasme” n’a jamais été remise en cause. Pourtant, les orgasmes ne sont pas tou­jours syno­nymes de plai­sir et ne sont pas tou­jours vou­lus. » Ils peuvent même s’avérer « très mau­vais », d’après ses études. Plusieurs para­mètres entrent en compte. D’abord, le degré de consen­te­ment du rap­port (s’il a été « for­cé », « concé­dé » ou plei­ne­ment « dési­ré »). « Car, ajoute Sara Chadwick, les[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
125 libido marie boiseau pour causette

Antidépresseurs : le long som­meil sexuel

Troubles du désir, de l’orgasme, anesthésie génitale… Si les antidépresseurs sont connus pour altérer la libido, certains sont aujourd’hui accusés de provoquer une dysfonction sexuelle persistante, même après l’arrêt du traitement. Un effet encore...