fbpx

Clitoris : la part des hommes

Il y a ceux qui s’en contre­fichent et ceux qui ont com­pris que le cli­to­ris était la clé de l’orgasme fémi­nin. Bizarrement, on a réus­si à ne par­ler qu’aux mâles de cette der­nière espèce très bien inten­tion­née, mais tou­jours un peu intri­guée par ses mys­tères.

Capture d’écran 2020 02 12 à 12.43.06
© Florent Lazare

C’est un drôle de mot nap­pé de mys­tère qui débarque dans leur vie à l’âge où les hor­mones s’émulsionnent. « Au col­lège, en cours de bio, oui, on te parle de cli­to­ris. Mais géo­gra­phi­que­ment, comme on te parle de la Moldavie », plai­sante Clément, 28 ans. Parfois, il y a des profs qui cherchent à aller plus loin en expli­quant qu’il est lié au plai­sir, mais c’est assez dérou­tant quand on a 14 ans : « La prof l’avait com­pa­ré à un “petit pénis”, et la classe n’a pas gar­dé son sérieux une seconde », se sou­vient Alex, 25 ans.

Trop sou­vent encore aujourd’hui, si les hommes ne devaient comp­ter que sur l’école, le cli­to­ris res­te­rait un vague « bou­ton » coin­cé entre les petites lèvres de l’anatomie fémi­nine. Potentiel ? Leur rap­por­ter deux points au contrôle, si tant est qu’ils retiennent son nom. Et puisque ce n’est pas à ses parents qu’on va aller sou­ti­rer des infos sur l’énigmatique corps des femmes, il faut trou­ver d’autres brèches.

« La pre­mière fois que j’ai enten­du le mot “cli­to”, c’était dans la cour du col­lège, se[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
HS5 CourrierDuClit 01

Le cour­rier du clit

Pour Causette, la journaliste Clarence Edgard-Rosa répond aux questions “100 % clito” posées par ses lectrices et lecteurs. Questions pour le moins récurrentes. Et parfois inquiètes.