fbpx
boy hugging woman during daytime
© Xavier Mouton

Enfants : mal­gré la nou­velle loi, les mères sépa­rées galèrent tou­jours à impo­ser l’usage de leurs noms

Depuis le 1er juillet 2022, le parent qui n’a pas don­né son nom de famille à son enfant peut l’ajouter, sur la pièce d’identité de ce der­nier, comme nom d’usage. Un chan­ge­ment de loi cen­sé sim­pli­fier la vie des mère sépa­rées mais les résis­tances res­tent fortes.

« Quand mon enfant est né, son père n’a ins­crit que son nom sur les papiers en mai­rie alors qu’on avait déci­dé de mettre les deux. Je n’ai rien pu faire… » C’est après cette dés­illu­sion que Marine Gatineau Dupré a déci­dé en 2017 de créer Porte Mon Nom. Le 1er juillet der­nier, l’association a obte­nu une reven­di­ca­tion de longue date. Désormais, le parent qui n’a pas trans­mis son nom à la nais­sance de son enfant peut l’adjoindre comme nom d’usage, en deuxième posi­tion, sur le docu­ment d’identité de ce der­nier. Une modi­fi­ca­tion du Code Civil cen­sée sim­pli­fier les 4000 demandes annuelles de chan­ge­ment de patro­nyme. Et pour­tant, le col­lec­tif reçoit encore chaque jour une dizaine de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés