fbpx

Aurélie Saada : « Quand on a été aimé comme ma mère m'a aimée, on n’a peur de presque rien ou peut-​être juste de tra­hir ce regard-là »

L'autrice-compositrice-interprète, ex-​chanteuse du groupe Brigitte Aurélie Saada (43 ans) a sor­ti son pre­mier film, Rose, en décembre 2021. Avec sa mère Betty (68 ans) et ses filles Shalom (13 ans) et Scarlett (12 ans), elles racontent, pour Causette, les liens qui les unissent.

F45A7405
Les femmes Saada © Marie Rouge pour Causette

Aurélie 

"Ma mère a tou­jours por­té sur ma sœur et moi un regard d’amour incon­di­tion­nel. Nous n’avons jamais dou­té de celui-​ci, elle ne s’est jamais moquée de nos rêves ou de nos ini­tia­tives même quand nous étions toutes petites, au contraire, elle nous fai­sait confiance. Je crois que ça nous a don­né une force par­ti­cu­lière, celle d’oser. Chez nous la parole était libre, les enfants avaient leur place dans le débat et nous pou­vions l’écouter par­ler de rap­ports humains, de vie et de deuil avec ses amis. Ma mère, que je trouve si belle, nous a aus­si trans­mis la com­plexi­té du fémi­nin : ses para­doxes et sa richesse. Et la psy­cha­na­lyse, son métier, et que je pra­tique depuis mes 20 ans, est peut-​être le plus beau cadeau qu’elle m’ait fait. Grâce à ce sésame, j’ai pu aller à la ren­contre de mon propre désir, deve­nir celle que j’étais, écrire et sur­tout com­prendre qu’il est tou­jours pos­sible dans la vie de trans­for­mer nos peines et nos déboires et d’en faire quelque chose, une force, un récit ou pour­quoi pas des chan­sons. Quand on a été aimé comme ça, on n’a peur de presque rien ou peut-​être juste de tra­hir ce regard-​là. Ce regard ren­force le sen­ti­ment de res­pon­sa­bi­li­té. D’ailleurs, ado­les­cente, je n’ai jamais trans­gres­sé. Je pense que j’ai été mature assez tôt. 

Elle a tel­le­ment assuré[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Capture d’écran 2021 11 18 à 13.05.26

Les parents à l'aire du non-binaire

Des parents, un peu débous­so­lés par­fois, nous racontent com­ment ils et elles ont révi­sé leur vision du genre et de l’orientation sexuelle à mesure que leurs enfants ont évo­lué dans leur iden­ti­té. Avec beau­coup d’amour. Élisabeth, 58 ans...